Le bénéfice de BHP Billiton en baisse au premier semestre

mercredi 8 février 2012 09h22
 

MELBOURNE (Reuters) - BHP Billiton, premier groupe minier mondial, a fait état mercredi d'un recul de son bénéfice au premier semestre, en raison de la baisse des cours de certains métaux et de la hausse de ses coûts.

De juillet à décembre, le bénéfice net part du groupe hors exceptionnels est ressorti en baisse de 6% à 9,94 milliards de dollars, en gros conforme aux attentes. Le consensus donnait un chiffre très légèrement supérieur, de 10 milliards de dollars.

Lors du précédent exercice, BHP avait dégagé sur la même période un résultat de 10,7 milliards de dollars.

Ramené à l'année calendaire 2011, le groupe a réalisé un excédent brut d'exploitation (EBE) de 38,5 milliards de dollars, soit plus du double des 16,2 milliards de dollars qu'aurait dégagé le nouvel ensemble Glencore-Xstrata s'il avait existé.

La marge brute ressort à 51%, à rapprocher d'une marge théorique de 7,7% pour Glencore-Xstrata.

Les résultats de BHP sont soutenus par sa très rentable activité dans le minerai de fer -les résultats dans cette branche constituent la moitié des résultats du groupe- une force qu'il partage avec son concurrent Rio Tinto, qui a annoncé mercredi un projet de développement de ses mines d'or en Australie.

Les résultats dans la branche pétrole ont bondi de 38% grâce au rachat de la société gazière américaine Petrohawk dont les résultats sont consolidés sur quatre mois.

PROGRAMME D'INVESTISSEMENT MAINTENU

Les investisseurs se demandent si la diversification du groupe dans les gaz de schiste ne va pas peser sur la rentabilité du groupe alors que le surplus de gaz enregistré aux Etats-Unis y a fait baisser les prix de près de 50% depuis juin dernier.   Suite...

 
<p>BHP Billiton, premier groupe minier mondial, a fait &eacute;tat mercredi d'un recul de son b&eacute;n&eacute;fice au premier semestre, en raison &agrave; la fois de la baisse des cours de certains m&eacute;taux et de la hausse de ses co&ucirc;ts tout en disant s'attendre &agrave; une diminution de la demande &agrave; long terme de son principal client, la Chine. /Photo d'archives/REUTERS/Mick Tsikas</p>