Soupçons de cartel sur les taux interbancaires en Suisse

vendredi 3 février 2012 17h01
 

ZURICH (Reuters) - La Commission de la Concurrence (COMCO) suisse a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête visant plusieurs banques internationales soupçonnées d'avoir conclu des accords pour influencer les taux de référence interbancaires et le marché de certains produits dérivés.

La COMCO explique dans un communiqué qu'un établissement s'est dénoncé en affirmant que plusieurs banques auraient influencé les taux de référence Libor (London Interbank Offered Rate) et Tibor (Tokyo Interbank Offered Rate) pour certaines devises.

Le Libor est utilisé dans le monde entier comme référence pour fixer les taux sur des transactions dont le montant global est estimé à 350.000 milliards de dollars.

Le moindre changement dans ces taux calculés quotidiennement sur la base de données fournies par un groupe déterminé de banques peut avoir des conséquences considérables sur les taux pratiqués par les banques.

"Par ces comportements, les traders pouvaient obtenir une distorsion des taux de référence en leur faveur", souligne le gendarme de la concurrence dans son communiqué.

La COMCO soupçonne aussi que des courtiers se soient concertés sur les différences entre les cours d'achat et de vente (spreads) de produits sur dérivés, ce qui leur permettait de vendre ces produits financiers à des conditions désavantageuses pour leurs clients.

Les investigations de la COMCO concernent 12 grandes institutions européennes, américaines et japonaises: UBS et Crédit Suisse, Bank of Tokyo-Mitsubishi, Citigroup, Deutsche Bank, HSBC, JP Morgan Chase, Mizuho Financial Group, Rabobank, Royal Bank of Scotland, Société Générale et Sumitomo Mitsui Banking Corporation.

DES ENQUÊTES EN EUROPE ET AUX USA

Les autorités américaines, européennes et britanniques cherchent aussi à savoir si des banques ont sous-estimé les taux interbancaires pour réduire les coûts d'emprunt et tenter d'apaiser les tensions sur le marché pendant la crise financière.   Suite...

 
<p>UBS, l'une des banques vis&eacute;es par la Commission de la Concurrence (COMCO) suisse. L'autorit&eacute; suisse a annonc&eacute; vendredi l'ouverture d'une enqu&ecirc;te visant plusieurs banques internationales soup&ccedil;onn&eacute;es d'avoir conclu des accords pour influencer les taux de r&eacute;f&eacute;rence interbancaires et le march&eacute; de certains produits d&eacute;riv&eacute;s. /Photo prise le 1er f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Pascal Lauener</p>