2 février 2012 / 11:14 / il y a 6 ans

Shell présente un projet de croissance ambitieux

<p>Royal Dutch Shell a annonc&eacute; jeudi un projet de croissance ambitieux pr&eacute;voyant le lancement de nouveaux projets et une hausse des investissements afin d'augmenter sa production de gaz et de p&eacute;trole de 25% et son cash-flow de 50%. /Photo prise le 11 janvier 2011/Bazuki Muhammad</p>

par Tom Bergin

LONDRES (Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé jeudi un projet de croissance ambitieux prévoyant le lancement de nouveaux projets et une hausse des investissements afin d'augmenter sa production de gaz et de pétrole de 25% et son cash-flow de 50%.

Des résultats plus faibles qu'attendu au titre du quatrième trimestre, en partie du fait de la faiblesse des marges dans le raffinage, et une quasi-stabilité des investissements ont été sanctionnés par un recul de l'action.

Les actions A cotées à la bourse de Londres reculent de 1,85% à 10h00 GMT, sous-performant l'indice sectoriel européen des pétrolières en repli de 0,7%.

Shell, dont la production a reculé chaque année depuis 2002, à l'exception d'une hausse de 5% en 2010, a dit en attendre une forte augmentation au cours des prochaines années.

"La production de pétrole et de gaz devrait s'établir en moyenne à quatre millions de barils équivalent pétrole en 2017-2018", écrit la compagnie dans un communiqué.

La production s'est établie à 3,215 millions de barils équivalent pétrole en 2011, en baisse de 3% par rapport à l'année précédente.

La hausse de la production résultera d'une augmentation des investissements qui s'établiront entre 32 et 33 milliards de dollars (23,6 à 24,3 milliards d'euros) cette année contre 31,5 milliards en 2011.

Les analystes s'attendaient à une baisse des dépenses d'investissement, Shell ayant bouclé plusieurs grands projets destinés à augmenter sa capacité de production.

Le niveau élevé des investissements est l'une des explications d'un retour sur les capitaux employés décevant à 15,9% contre des niveaux de plus de 20% il y a quelques années alors que les cours du pétrole étaient sensiblement plus bas qu'actuellement.

En dépit d'un cours moyen record du Brent à 111 dollars le baril en 2011, le résultat net du groupe à coût constant des approvisionnements est ressorti à 28,6 milliards de dollars contre 31,4 milliards de dollars en 2008, avant la récession provoquée par l'éclatement de la crise financière.

Le bénéfice net à coût d'approvisionnement constants, c'est à dire après neutralisation des plus ou moins values liées aux changement de valeur des stocks, est ressorti à 6,46 milliards de dollars, grâce à des gains exceptionnels sur cessions d'actifs.

Hors plus-values exceptionnelles, le résultat net est ressorti en hausse de 18% à 4,85 milliards de dollars, contre 5,17 milliards attendu en moyenne par neuf analystes interrogés par Reuters.

Les analystes avaient récemment revu à la baisse leurs prévisions au regard des publications inférieures aux attentes de plusieurs concurrents de Shell.

La compagnie a par ailleurs annoncé une hausse de son dividende au titre du premier trimestre 2012 d'un cent à 43 cents par action, en deçà des attentes des analystes.

Marc Joanny pour le service français, édité par Catherine Monin

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below