31 janvier 2012 / 16:28 / il y a 6 ans

L'Etat pourrait prendre une part dans Dexma, filiale de Dexia

PARIS (Reuters) - L'Etat français pourrait prendre une participation dans Dexma, une filiale de la banque Dexia qui finance les prêts aux collectivités locales, ont indiqué mardi à Reuters deux sources proches du dossier, confirmant partiellement une information du journal Le Monde.

Selon le quotidien, le gouvernement envisagerait l'acquisition d'une part de 25% alors que la Caisse des dépôts et consignation prendrait 35% au lieu des 65% initialement prévus en octobre.

Cette prise de participation directe par l'Etat aurait pour but de vaincre les réticences de la Caisse des dépôts à reprendre cette structure dont le portefeuille de prêts, évalué à environ 80 milliards d'euros, pourrait s'avérer toxique.

"Les choses vont dans ce sens là mais le schéma n'est pas encore tout à fait stabilisé", a indiqué à Reuters une source proche du dossier qui a ajouté qu'aucune décision définitive n'avait été prise sur le dossier.

Une autre source a indiqué que si le principe d'une prise de

participation de l'Etat était bien à l'étude, son niveau n'avait pas encore été gravé dans le marbre et pourrait d'ailleurs être à parité avec celle de la Caisse.

Le plan de démantèlement de Dexia élaboré cet automne prévoyait que la CDC et la Banque postale acquièrent respectivement 65% et 5% du capital de Dexia Municipal Agency (Dexma). Dans le nouveau schéma envisagé, la banque de La Poste garderait ses 5% et le solde du capital resterait chez Dexia.

"ALLÉGER LA CDC"

Le dispositif prévoyait aussi la création d'une nouvelle banque de prêts aux collectivités locales par la CDC et la Banque postale dont les deux groupes auraient 35% et 65% respectivement.

Mais l'exacerbation de la crise financière a cependant fait craindre à la Caisse des dépôts que la reprise de Dexma ne s'avère trop coûteuse malgré les garanties accordées par l'Etat.

Le président de la Commission de surveillance de la Caisse, le député Michel Bouvard, avait déclaré début janvier à Reuters qu'une nationalisation de Dexia n'était plus à exclure car les conditions financières de l'accord n'étaient plus réunies.

Afin de trouver un compromis entre les différentes parties, le commissaire général du gouvernement à l'investissement René Ricol avait été chargé d'une mission de médiation.

Selon Le Monde, René Ricol aurait remis ses proposition lundi.

"Il ne serait pas idiot que l'Etat intervienne pour alléger la Caisse. On ne peut pas demander à la Caisse d'être partout dans cette affaire", a commenté Jean-Pierre Balligand, député PS et membre de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts. Il a cependant précisé ne pas être en mesure de confirmer ou d'infirmer les différents schémas évoqués par le quotidien.

Les collectivités locales françaises se plaignent d'être confrontées à un tarissement sans précédent des financements bancaires qui risque de peser sur une activité économique déjà déprimée.

Ni La Caisse des dépôts ni Dexia n'ont souhaité faire de commentaires. Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère de l'Economie pour commenter ces informations.

Matthieu Protard, Julien Ponthus et Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below