Hollande chiche en réformes structurelles, selon des économistes

jeudi 26 janvier 2012 19h49
 

PARIS (Reuters) - François Hollande n'a pas dévoilé beaucoup de projets de réformes structurelles lors de la présentation de son programme présidentiel jeudi, estiment des économistes, selon lesquels sa stratégie de réduction des déficits pourrait en pâtir.

Le candidat socialiste entend réduire le déficit public à 3% du PIB fin 2013. Il compte sur une accélération de la croissance l'an prochain à 1,7% après 0,5% cette année, des hypothèses supérieures au consensus Reuters.

Les économistes d'Exane BNP Paribas soulignent le "peu de réformes de structurelles" dévoilées ce jeudi et notent que "la diminution du déficit se ferait majoritairement par une réforme fiscale".

"Peu de mesures concernent la dépense publique, la réforme des retraites devant être amendée, la RGPP (Révision générale des politiques publiques-NDLR) arrêtée et 60.000 emplois publics réalloués dans l'éducation", poursuivent Pierre-Olivier Beffy et Amélie de Montchalin. "Les marchés pourraient sanctionner le manque de réformes structurelles."

Chez Barclays Capital, Marion Labouré et Fabrice Montagné relèvent qu'"il n'a pas été question de la flexibilité du marché du travail et de sa régulation, des sujets sur lesquels Nicolas Sarkozy devrait faire des annonces dimanche".

Ils ajoutent néanmoins que François Hollande "souligne à raison le besoin d'accroître la compétitivité de l'économie française et de remettre en place des programmes de réindustrialisation".

IRRÉALISTE ?

Selon Joost Beaumont, économiste chez ABN Amro, "l'objectif de monsieur Hollande d'équilibrer le budget en 2017 semble irréaliste".

"Il est fondé sur des hypothèses économiques optimistes et la plupart des mesures annoncées visent à accroître les recettes", poursuit-il. "Je n'arrive pas à trouver des mesures concrètes dans ce plan pour réduire la dépense publique."   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande n'a pas d&eacute;voil&eacute; beaucoup de projets de r&eacute;formes structurelles lors de la pr&eacute;sentation de son programme pr&eacute;sidentiel jeudi, estiment des &eacute;conomistes, selon lesquels sa strat&eacute;gie de r&eacute;duction des d&eacute;ficits pourrait en p&acirc;tir. /Photo prise le 26 janvier 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>