Plassat en passe de signer chez Carrefour, le marché apprécie

jeudi 26 janvier 2012 18h25
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Georges Plassat, PDG de Vivarte, est en passe de finaliser son arrivée chez Carrefour en remplacement de Lars Olofsson, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Après avoir décliné l'offre une première fois, le charismatique dirigeant du groupe de chaussures et d'habillement (André, Minelli, la Halle aux vêtements, Kookaï, Chevignon) aura finalement cédé aux sirènes de la direction du deuxième distributeur mondial, malgré l'ampleur de la tâche à accomplir.

"Son arrivée interviendra dès que les modalités financières de son départ de Vivarte auront été réglées", a-t-on déclaré de source proche du dossier.

Une source interne chez Carrefour affirme quant à elle que "la négociation est en cours" et que le patron de Vivarte est en position de force pour négocier car il n'y a pas d'autre candidat.

Ni Carrefour ni Vivarte n'ont souhaité faire de commentaire.

Cette nomination, annoncée comme imminente par le magazine Linéaires mercredi soir, a fait flamber l'action Carrefour jeudi, qui a signé la plus forte hausse de l'indice CAC 40 et gagné 7,46% à 18,15 euros, dans un marché en hausse de 1,53%.

Le professionnalisme reconnu de Georges Plassat et sa très bonne connaissance de la grande distribution sont des atouts que le marché apprécie, note un analyste, précisant que la nouvelle reste à confirmer.

"Ce catalyseur pourrait toutefois être de courte durée car les problèmes de Carrefour ne disparaîtront pas avec l'arrivée d'un nouveau PDG", avertit-il néanmoins.   Suite...

 
<p>Georges Plassat, PDG de Vivarte, est en passe de finaliser son arriv&eacute;e chez Carrefour en remplacement de Lars Olofsson, selon des sources proches du dossier. Cette perspective a fait flamber l'action du groupe de distribution jeudi: le titre Carrefour a sign&eacute; la plus forte hausse du CAC 40, gagnant 7,46% &agrave; 18,15 euros dans un march&eacute; en hausse de 1,53%. /Photo d'archives/REUTERS/Bazuki Muhammad</p>