La relance discrète de la marque Courrèges

mardi 24 janvier 2012 11h27
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Courrèges, maison de couture emblématique des années 1960, s'apprête à passer à la vitesse supérieure un an après sa reprise par un duo de

publicitaires, avec le lancement d'un site internet et la reprise de la distribution de ses célèbres parfums.

La modernité et l'audace des mini-jupes, des robes trapèze blanc pur et des blousons en vinyle rose avaient fait de Courrèges une marque phare des années 1960 et

1970. La griffe, qui rivalisait avec Chanel et Dior, a ensuite lentement décliné.

Rachetée par des investisseurs japonais au milieu des années 1980 puis reprise dix ans plus tard par le couturier André Courrèges et son épouse Coqueline, elle est

tombée dans l'oubli pendant près de 20 ans avant d'être vendue en janvier 2011 à Jacques Bungert et Frédéric Toloting, codirigeants de l'agence Young & Rubicam.

Sans aucune expérience du monde de la mode, le duo a voulu s'approprier la marque avant de lui rendre son attractivité et sa visibilité. Car il ne s'agit pas de faire de

Courrèges une marque de niche. Bien au contraire.   Suite...

 
<p>Les co-pr&eacute;sidents de Courr&egrave;ges Jacques Bungert (&agrave; gauche) et Fr&eacute;d&eacute;ric Torloting dans les locaux du groupe &agrave; Paris. La maison de couture embl&eacute;matique des ann&eacute;es 1960 s'appr&ecirc;te &agrave; passer &agrave; la vitesse sup&eacute;rieure un an apr&egrave;s sa reprise par le duo de publicitaires, avec le lancement d'un site internet et la reprise de la distribution de ses c&eacute;l&egrave;bres parfums. /Photo prise le 23 janvier 2012/REUTERS/John Schults</p>