L'Allemagne rejette les appels à doper la capacité du MES

dimanche 22 janvier 2012 21h21
 

BERLIN (Reuters) - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a rejeté dimanche les pressions en vue de renforcer la capacité du Mécanisme européen de stabilité (MES), futur fonds de secours permanent de la zone euro, ajoutant que Berlin s'en tiendrait aux 500 milliards d'euros négociés.

Ces propos font suite à des informations de presse selon lesquelles le président du Conseil italien Mario Monti souhaiterait que la capacité du MES soit doublée à 1.000 milliards d'euros.

"Nous nous en tenons à ce qui a été décidé en décembre", a déclaré Wolfgang Schäuble au micro de la chaîne allemande ARD. "Nous examinerons en mars si ce montant est suffisant."

Le projet d'accord sur la mise en place du MES, prévue pour la mi-2012, doit être examiné par les ministres des Finances de la zone euro lors de leur réunion de lundi et devrait être endossé par les chefs d'Etat et de gouvernement européens lors du sommet du 30 janvier, ont rapporté cette semaine des responsables de la zone euro.

Les dirigeants européens doivent se pencher sur une éventuelle augmentation de la dotation du MES en mars.

Selon le magazine allemand Der Spiegel, Mario Monti estime qu'un doublement des capacités du MES "créerait de la confiance dans l'union monétaire" et il a fait part de son souhait au gouvernement allemand.

L'article précise que Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) et compatriote de Mario Monti, est d'accord avec l'idée de renforcer la capacité du MES au-delà des 500 milliards d'euros prévus.

Le patron de la BCE estime que l'argent non utilisé par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), fonds temporaire doté de 440 milliards d'euros, devrait être mis à la disposition de son successeur le MES en plus des 500 milliards d'euros dont ce dernier disposera, explique Der Spiegel.

LA DETTE GRECQUE DOIT ÊTRE VIABLE, DIT SCHÄUBLE   Suite...

 
<p>Le ministre allemand des Finances Wolfgang Sch&auml;uble a rejet&eacute; dimanche les pressions en vue de renforcer la capacit&eacute; du M&eacute;canisme europ&eacute;en de stabilit&eacute; (MES), futur fonds de secours permanent de la zone euro, ajoutant que Berlin s'en tiendrait aux 500 milliards d'euros n&eacute;goci&eacute;s. Ces propos font suite &agrave; des informations de presse selon lesquelles le pr&eacute;sident du Conseil italien Mario Monti souhaiterait que la capacit&eacute; du MES soit doubl&eacute;e &agrave; 1.000 milliards d'euros. /Photo prise le 17 octobre 2011/REUTERS/Olivia Harris</p>