Nexity espère se renforcer sur un marché en contraction

mercredi 18 janvier 2012 19h14
 

par Alice Cannet

PARIS (Reuters) - Nexity s'attend à une baisse des transactions immobilières cette année en France mais pense pouvoir augmenter sa part de marché en tirant profit des difficultés de financement de certains de ses concurrents, a déclaré à Reuters son PDG, Alain Dinin.

Le promoteur immobilier s'attend à une baisse des volumes de transactions immobilières dans le neuf comme dans l'ancien en raison du niveau encore très élevé des prix et du durcissement des conditions d'accès au crédit, a-t-il ajouté lors d'un entretien mercredi.

Le nombre de transactions dans l'ancien pourrait ainsi tomber à 500.000 cette année contre 650.000 environ en 2011, et il pourrait revenir de 110.000 à 80.000 dans le neuf. Pour autant, Alain Dinin ne croit pas à une baisse "massive" des prix, la demande restant forte dans l'Hexagone.

Le groupe espère en outre parvenir à augmenter sa part de marché, qu'il situe à environ 10% aujourd'hui, et à profiter des difficultés rencontrées par certains concurrents pour se financer.

"Nous aurons les capacités financières pour être un peu plus réactifs que d'autres", a dit Alain Dinin. "Il y a des opérateurs privés qui auront du mal à se financer."

Si la dégradation de la note souveraine de la France par Standard & Poor's est susceptible de faire monter les taux d'intérêt pour les particuliers comme pour les entreprises, cette hausse devrait rester limitée, a-t-il ajouté.

"De ce que je sais, les banques augmenteront relativement peu les taux d'intérêts pour les particuliers, ne serait-ce que parce qu'à un certain moment, à force d'augmenter les taux d'intérêt, elles finiraient par mourir faute de clients. Il y a un certain pragmatisme économique qu'il faut garder en tête."

Alain Dinin a réaffirmé les prévisions du groupe pour 2011, à savoir une baisse de 10% du chiffre d'affaires à 2,6 milliards d'euros et une marge d'exploitation d'environ 8%. La seule surprise dans les résultats pourrait provenir d'un carnet de commandes plus important que prévu. Le groupe doit présenter ses résultats annuels le 22 février.   Suite...

 
<p>Le PDG de Nexity Alain Dinin a d&eacute;clar&eacute; &agrave; Reuters que le promoteur anticipait une baisse des transactions immobili&egrave;res cette ann&eacute;e en France mais qu'il pensait pouvoir augmenter sa part de march&eacute; en tirant profit des difficult&eacute;s de financement de certains de ses concurrents. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer</p>