Reprise des discussions avec la Grèce pour éviter un défaut

mercredi 18 janvier 2012 15h46
 

par Karolina Tagaris et George Georgiopoulos

ATHÈNES (Reuters) - La Grèce et ses créanciers reprennent leurs négociations, mercredi, dans un climat d'optimisme croissant quant à leur capacité à sortir de l'impasse pour conclure un accord d'échange de dette permettant à Athènes d'éviter un défaut de paiement.

Les créanciers privés, représentés par l'Institut de la finance internationale (Ifi), entament leurs discussions à Athènes avec le gouvernement grec vers 15h00 GMT, mais il est peu probable qu'un éventuel accord soit bouclé avant la fin de la semaine.

Les discussions ont été rompues la semaine dernière en raison de divergences concernant le coupon, ou taux d'intérêt, que la Grèce doit proposer aux investisseurs qui accepteront d'échanger une partie de leurs créances contres de nouvelles créances à plus long terme et d'abandonner le reste.

Toutefois les analystes ainsi qu'une source proche des négociations estiment que le prix d'un échec est trop élevé pour les deux parties pour qu'ils puissent se permettre de se séparer sur un échec.

"Au final, ils se mettront d'accord sur quelque chose parce qu'aucune des deux parties ne veut avoir à assister à un défaut (de la Grèce)", a déclaré Ben May, économiste européen chez Capital Economics à Londres.

"Il y a une bonne part de manoeuvres des deux côtés, dans le but d'obtenir un meilleur accord. D'un côté comme de l'autre, il y a aura un peu de catastrophisme pour tenter d'aboutir aux meilleures conditions."

Selon une source proche des négociations, la logique voudrait qu'un accord soit conclu d'une façon ou d'une autre et une source proche des négociations a indiqué qu'un accord devait être trouvé au plus tard au début de la semaine prochaine.

Athènes doit s'entendre avec ses créanciers privés pour éviter le défaut de paiement lorsqu'elle devra rembourser 14,5 milliards d'euros d'emprunts obligataires arrivant à échéance à la fin du mois de mars.   Suite...

 
<p>Le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos. Ath&egrave;nes reprend mercredi les discussions avec les cr&eacute;anciers priv&eacute;s dans un climat d'optimisme croissant quant &agrave; la capacit&eacute; des deux parties &agrave; conclure un accord d'&eacute;change de dette et, ainsi, &eacute;viter au pays de se retrouver en situation de d&eacute;faut. /Photo prise le 12 d&eacute;cembre 2011/REUTERS/Yiorgos Karahalis</p>