Paris et les Bourses européennes finissent dans le vert

mardi 17 janvier 2012 18h33
 

PARIS (Reuters) - Les indicateurs économiques en provenance de Chine, d'Allemagne et des Etats-Unis ont fait oublier mardi aux investisseurs leurs inquiétudes à propos de la Grèce et fait monter l'euro et les marchés d'actions, notamment en Europe où l'indice FTSEurofirst 300 a inscrit en séance un plus haut de cinq mois et demi.

En Bourse de Paris, l'indice CAC-40 a terminé sur un gain de 1,4% à 3.269,99 points, tandis que Francfort a pris 1,82%, Londres 0,65%, Madrid 1,01% et Milan 0,69%.

Les marchés semblent ignorer totalement l'abaissement de la note du Fonds européen de stabilité financière (FESF) lundi, pas plus qu'ils ne l'avaient été la veille après le déclassement de neuf pays de la zone euro, dont la France et l'Autriche.

La croissance de l'économie chinoise a connu un ralentissement moins marqué que prévu au quatrième trimestre 2011, mais suffisant pour amener les boursiers à penser que les autorités chinoises lanceront à nouveau des mesures de relance économique.

En outre, le sentiment des analystes et investisseurs allemands s'est fortement amélioré en janvier, selon l'indice ZEW. Enfin, l'indice "Empire State" d'activité dans la région de New York se révèle nettement au-dessus des attentes pour le mois de janvier.

En Europe, la grande majorité des indices sectoriels ont terminé dans le vert, avec notamment un gain de 2,6% pour l'automobile et de 1,3% pour les ressources naturelles.

Aux valeurs, Casino figure parmi les plus fortes hausses du jour (+7,37%). Casino a confirmé lundi sa prévision de résultat opérationnel pour 2011 malgré une contre-performance en France, où le groupe a vu ses ventes se tasser au quatrième trimestre dans un environnement économique très déprimé.

L'Espagne a passé avec succès son premier test concernant l'appétit des investisseurs depuis l'abaissement de deux crans de sa note par S&P en émettant à court terme avec des rendements en baisse.

Par ailleurs, les futures du Bund ont reculé, réagissant aux divers indicateurs économiques du jour et à l'adjudication espagnole. Mais les craintes d'un défaut de la Grèce, notamment, contribuent à limiter les pertes.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>