17 janvier 2012 / 17:23 / dans 6 ans

Accor dopé par ses hôtels économiques au 4e trimestre

<p>Denis Hennequin, le PDG d'Accor. Le quatri&egrave;me groupe h&ocirc;telier mondial a confirm&eacute; son objectif de r&eacute;sultat d'exploitation 2011 apr&egrave;s avoir r&eacute;alis&eacute; une croissance organique de ses ventes de 3,6% au quatri&egrave;me trimestre dop&eacute;e par les performances de ses h&ocirc;tels &eacute;conomiques. /Photo prise le 23 f&eacute;vrier 2011/REUTERS/Jacky Naegelen</p>

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Accor a confirmé son objectif de résultat d‘exploitation 2011 après avoir réalisé une croissance organique de ses ventes de 3,6% au quatrième trimestre, dopée par les performances de ses hôtels économiques et par des hausses de prix.

Les ventes du quatrième groupe hôtelier mondial, derrière InterContinental, Marriott, Hilton et Starwood, se sont élevées à 1.503 millions d‘euros au quatrième trimestre, accusant un repli de 1,1% en données publiées. Le consensus établi par la rédaction s’établissait à 1.522,6 millions d‘euros.

“Les bonnes performances du quatrième trimestre sont principalement dynamisées par les prix malgré des effets de base défavorables. Si la situation de l‘Europe du sud continue de se dégrader la demande reste soutenue sur nos principaux pays européens, dans les pays émergents et aux Etats-Unis”, a commenté Sophie Stabile, la directrice financière d‘Accor.

Lors d‘une conférence téléphonique, elle a dit aborder 2012 avec optimisme mais prudence en raison des incertitudes macro-économiques qui pèsent principalement en Espagne, au Portugal et en Italie.

Sophie Stabile a précisé que ces trois pays représentaient moins de 5% du chiffre d‘affaires total d‘Accor.

Elle a observé que les réservations enregistrées en janvier se situaient dans la droite ligne de celle du quatrième trimestre 2011, dans toutes les zones où le groupe est présent à l‘exception de l‘Europe de sud.

Dans ce contexte, l‘entreprise, qui compte parmi ses enseignes Ibis, Novotel et Sofitel, table toujours sur un résultat d‘exploitation compris entre 510 et 530 millions d‘euros en 2011.

“Il y a des incertitudes macroéconomique qui pèsent sur certaines régions du monde mais globalement, l‘activité reste solide. On a de bonnes perspectives en Amérique latine, en Asie pacifique, en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et également en France (...) 2012 s‘annonce d‘un bon calibre”, a encore déclaré Sophie Stabile.

Chez Exane BNP, Mathias Desmarais observe que le niveau des ventes du dernier trimestre est en-dessous des attentes principalement du fait de l‘impact des ventes d‘actifs du groupe mais que sa croissance organique est en ligne avec le consensus. L‘analyste juge les prévisions d‘Accor “rassurantes”.

Prié de commenter les informations récente relatives à une scission éventuelle de l‘immobilier , Sophie Stabile a confirmé que celle-ci n’était pas d‘actualité.

“Notre CEO Denis Hennequin est intervenu en comité de groupe et a bien précisé, sans ambiguïté, que ce point n’était pas d‘actualité et il s‘est porté garant de l‘unicité du groupe”, a-t-elle déclaré.

L‘action Accor a clôturé mardi à 21,07 euros (-0,26%), faisant ressortir une capitalisation boursière de 4,8 milliards d‘euros. Elle a progressé de 7,61% depuis le début janvier après une chute de 41,2% l‘an dernier.

Noëlle Mennella, édité par Pascale Denis

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below