Le FESF émet sans encombre, Regling minimise la décision de S&P

mardi 17 janvier 2012 18h06
 

par Kevin Lim et Emily Kaiser

BERLIN/SINGAPOUR (Reuters) - Le fonds d'urgence de la zone euro, le Fonds européen de stabilité financière (FESF), a émis sans encombre mardi 1,5 milliard d'euros de papier à court terme au lendemain de son déclassement par Standard & Poor's, alors que plusieurs responsables ont minimisé les effets de la décision de S&P.

Le FESF a émis 1,501 milliard d'euros de bons à six mois, à un rendement moyen pondéré de 0,2664% et un taux de couverture 3,1. Le mois dernier, le FESF avait émis 1,97 milliard de bons à trois mois, une opération qui s'était caractérisé par un ratio de couverture de 3,2.

Cette émission intervenait un jour après que S&P a abaissé d'un cran la note de crédit du Fonds européen de stabilité financière à AA+. Vendredi, l'agence avait fait de même avec la note souveraine de deux de ses principaux garants, la France et l'Autriche.

Le directeur général du FESF, Klaus Regling, a estimé que cet abaissement n'aurait guère d'impact sur les opérations de financement du fonds, sous réserve que les deux autres grandes agences de notation n'imitent pas S&P.

"Tant qu'il ne s'agit que d'une seule agence de notation, il n'y a pas vraiment besoin de faire quelque chose", a déclaré Klaus Regling à des journalistes, en visite à Singapour.

"C'était comme quand S&P avait abaissé la note des Etats-Unis, les autres n'ont pas suivi."

La décision de Standard & Poor's n'aura pas de conséquence sur la capacité du fonds, a pour sa part estimé le président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

Dans un communiqué publié lundi soir, Standard & Poor's a dit considérer que les obligations du FESF n'étaient plus totalement soutenues, que ce soit par des garanties de pays membres du fonds notés AAA ou par des valeurs mobilières notées AAA.   Suite...

 
<p>Le d&eacute;classement par Standard &amp; Poor's de la note du Fonds europ&eacute;en de stabilit&eacute; financi&egrave;re de AAA &agrave; AA+, dans la foul&eacute;e de celle de la France, n'aura gu&egrave;re d'impact sur les op&eacute;rations de financement du fonds tant que les deux autres grandes agences de notation ne suivront pas S&amp;P, estime Klaus Regling, directeur g&eacute;n&eacute;ral du FESF. /Photo prise le 13 octobre 2011/REUTERS/Hugo Correia</p>