La France émet 8,6 milliards d'euros de dette à court terme

lundi 16 janvier 2012 17h08
 

PARIS (Reuters) - La France a émis lundi 8,59 milliards d'euros de dette à court terme, dans le haut des objectifs annoncés (7,4-8,7 milliards) et à des taux moyens pondérés stables, voire en baisse.

Si l'agence Standard & Poor's abaissé de "AAA" à "AA+" la note de la dette long terme de la France avec perspective négative, elle a confirmé sa note court terme la meilleure, soit "A-1+".

Le ratio de couverture global sur les trois bons du Trésor (BTF) offerts ce lundi, à trois mois, six mois et un an, s'est établi à 1,98, la demande ayant dépassé les 17 milliards d'euros.

"Les taux des BTF lors de l'adjudication d'aujourd'hui sont stables, voire en légère baisse comparés à ceux des précédentes adjudications, qui étaient eux-mêmes toujours à des niveaux historiquement très bas", a déclaré le porte-parole de l'Agence France Trésor, qui gère la dette et la trésorerie de l'Etat.

"La décision de S&P, qui était sans doute partiellement attendue par le marché, n'a donc pas affecté nos conditions de financement qui demeurent extrêmement favorables", a-t-il ajouté.

Les effets de la dégradation par S&P de la note long terme de la France, qui était déjà intégrée par les marchés, seront davantage mesurables lors de l'adjudication, jeudi, d'un montant compris entre 6,5 et 8,0 milliards de dettes à deux, trois et cinq ans et entre 1,0 et 1,5 milliard de titres indexés sur l'inflation française et sur celle de la zone euro.

La France reste notée Aaa et AAA par Moody's et Fitch.

L'AFT a adjugé lundi 4,503 milliards d'euros de BTF à trois mois au taux moyen pondéré de 0,165% contre 0,166% la semaine dernière et 0,2% sur le marché secondaire.

Elle a émis 2,192 milliards d'euros de BTF à six mois au taux moyen pondéré de 0,281% contre 0,286% la semaine précédente, et 1865 milliard d'euros de bons à un an au taux moyen de 0,406% contre 0,454% il y a une semaine.   Suite...

 
<p>La France a &eacute;mis lundi 8,59 milliards d'euros de dette &agrave; court terme, dans le haut des objectifs annonc&eacute;s (7,4-8,7 milliards) et &agrave; des taux moyens pond&eacute;r&eacute;s stables, voire en baisse. Les effets de la d&eacute;gradation par S&amp;P de la note long terme de la France, qui &eacute;tait d&eacute;j&agrave; int&eacute;gr&eacute;e par les march&eacute;s, seront davantage mesurables lors de l'adjudication, jeudi, d'un montant compris entre 6,5 et 8,0 milliards de dettes &agrave; deux, trois et cinq ans et entre 1,0 et 1,5 milliard de titres index&eacute;s sur l'inflation fran&ccedil;aise et sur celle de la zone euro. /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas</p>