La croissance au coeur des menaces des agences de notation

lundi 16 janvier 2012 16h33
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Les agences de notation insistent sur le risque que fait peser le ralentissement économique sur les notes des Etats, un paramètre sur lequel les gouvernants ont peu d'influence mais que les autorités françaises veulent prendre en compte dans la foulée du sommet social de mercredi.

Trois jours après la dégradation du AAA français par Standard & Poor's, sa concurrente Moody's a répété qu'elle examinait la perspective stable de la note française et qu'elle actualiserait les notes des pays européens au premier trimestre.

Moody's souligne que "les perspectives de croissance en France et à l'international présentent des risques significatifs pour les plans de consolidation du gouvernement français".

Elle salue les plans d'austérité d'août et novembre mais souligne que "la perspective de croissance économique et la crise de la dette européenne (...) sont toutes deux hors du contrôle entier du gouvernement".

Les économistes et les institutions internationales sont divisés sur une entrée imminente de la France en récession - la Banque de France continuant par exemple d'attendre une croissance nulle au quatrième trimestre 2011 - mais tous s'attendent à un net ralentissement.

Après avoir multiplié les annonces sur le front budgétaire, le gouvernement a choisi de se concentrer sur l'économie et l'emploi.

"Notre priorité est d'augmenter la croissance potentielle de notre pays", a déclaré lundi la ministre du Budget Valérie Pécresse.

OBJECTIF CROISSANCE   Suite...

 
<p>LES NOTES SOUVERAINES DANS LA ZONE EURO</p>