Viktor Orban dit qu'un fossé sépare la Hongrie de ses créanciers

vendredi 13 janvier 2012 13h49
 

par Gergely Szakacs et Krisztina Than

BUDAPEST (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré vendredi que le fossé entre son gouvernement et les créanciers internationaux était encore large, quelques heures après que le Fonds monétaire international a exigé de Budapest un changement de comportement politique avant qu'un accord de financement puisse être négocié.

La Commission européenne fera part le 17 janvier de son opinion sur une nouvelle législation relative à la banque centrale hongroise et à d'autres réformes du système judiciaire.

Viktor Orban a dit accepter certaines objections de Bruxelles, tout en disant que les avis étaient très divergents dans certains domaines.

Le Fonds monétaire international et l'Union européenne ont clairement fait comprendre au gouvernement de Viktor Orban qu'il devrait montrer des signes de bonne volonté avant même l'ouverture de négociations.

Sans accord, la Hongrie risque un effondrement financier.

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, a déclaré vendredi que le FMI a besoin de constater que des "démarches tangibles" sont entreprises par la Hongrie pour stabiliser son économie avant d'entamer des négociations en vue d'une aide internationale

Dans un communiqué publié après un entretien avec le ministre chargé des négociations avec le FMI pour la Hongrie, Tamas Fellegi, elle a également estimé que le soutien des autorités et des institutions européennes à Budapest est essentiel pour que les négociations aient lieu.

"Nous comprenons tout à fait et nous nous sommes accordés sur cette question avec les experts du FMI pour dire que la Hongrie a besoin de suivre des politiques qui renforcent la confiance des marchés, l'économie hongroise et les institutions hongroises afin de jeter les bases d'une croissance viable", a déclaré Tamas Felligi.   Suite...