Le président de la Banque nationale suisse jette l'éponge

lundi 9 janvier 2012 18h21
 

par Pascal Schmuck

BERNE/ZURICH (Reuters) - La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé lundi la démission avec effet immédiat de son président, Philipp Hildebrand, qui s'est dit dans l'incapacité de prouver sa bonne foi dans l'affaire des transactions de devises réalisées par son épouse.

"Je n'ai jamais menti, mais malheureusement je ne peux pas prouver que les faits sont tels que je les ai décrits", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse lundi à Berne.

"Dès que le chef d'une banque centrale en arrive à la conclusion qu'il n'est plus complètement crédible, il doit alors se retirer", a-t-il ajouté.

Sa démission est le point d'orgue d'une affaire qui défraie l'actualité suisse depuis le mois dernier.

Elle trouve son origine dans une opération financière effectuée à la mi-août par l'épouse de Philipp Hildebrand, portant sur la conversion de 400.000 francs suisses en dollars trois semaines avant que la BNS ne fixe un taux plancher pour la devise helvétique face à l'euro. Elle avait alors réalisé un profit substantiel.

L'affaire a éclaté en décembre lorsqu'un employé de la banque Sarasin a confié à un avocat et député de l'Union démocratique du centre (UDC, droite populiste) des documents relatifs à cette opération financière.

Christoph Blocher, vice-président de l'UDC, a par la suite transmis ces documents au gouvernement, selon la presse suisse et réclamé la démission du président de la BNS.

La semaine dernière, Philipp Hildebrand avait affirmé que ces transactions avaient été réalisées uniquement à l'initiative de son épouse et qu'il n'en avait été informé que le lendemain.   Suite...