La zone euro plus que jamais dans l'oeil du cyclone

lundi 9 janvier 2012 11h06
 

par Noah Barkin

BERLIN (Reuters) - Le passage de 2011 à 2012 a momentanément fait disparaître la crise de la dette souveraine de la zone euro des Unes des journaux, mais elle s'apprête à faire un retour brutal sur le devant de la scène.

Les prochains mois seront décisifs pour la survie de la monnaie unique européenne alors que les obstacles politiques, économiques et financiers se multiplient sur la route des principaux dirigeants européens.

En Grèce, où la crise de la dette a émergé il y a deux ans, le gouvernement s'est engagé dans une course contre la montre au terme de laquelle il faudra qu'il ait trouvé un accord sur un échange de dette avec ses créanciers, qui lui permettra de recevoir une nouvelle aide de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international (FMI).

Sans aide, Athènes fera défaut sur sa dette en mars.

Mais les négociations avec les créanciers privés, à qui l'on demande de renoncer à 50% de la valeur faciale des emprunts grecs qu'ils détiennent, patinent depuis quelques semaines.

"Le risque d'un défaut grec est à nouveau en hausse avec une menace de contagion à l'Italie et à d'autres pays", soulignaient la semaine dernière les économistes de Barclays Capital.

Un autre obstacle à la résolution de la crise réside dans les échéances politiques à Paris et Athènes où des alternances pourraient compliquer la prise de décision et gripper la capacité du bloc zone euro à agir rapidement alors que la mise en oeuvre des décisions annoncées le mois dernier apparaît de plus en plus urgente.

L'un des éléments clés de ces mesures réside dans l'injection de 200 milliards d'euros dans le FMI afin que ce dernier aide l'Espagne et l'Italie à éviter de sombrer dans un scénario à la grecque.   Suite...