Wall Street compte sur les résultats pour oublier l'Europe

dimanche 8 janvier 2012 19h54
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Très liés à l'évolution de la crise de la dette souveraine de la zone euro, les marchés d'actions américains auront l'opportunité cette semaine de s'en affranchir à la faveur de la réouverture lundi de la saison des résultats aux Etats-Unis.

Sans surprise, c'est une nouvelle fois l'aluminier Alcoa qui en donnera le coup d'envoi lundi soir après la clôture et JP Morgan Chase embrayera en fin de semaine et donnera la pouls de la santé financière des grandes banques du pays.

"Je pense que nous allons nous en éloigner (de la réaction aux évolutions de la crise) et observer un retour aux fondamentaux américains", a commenté Fred Dickson de D.A. Davidson.

"Je pense que nous sommes dans une période de temporisation pour ces opérations de carry trade sur le dollar et que nous allons y rester pour un certain temps."

La corrélation entre les futures S&P 500 E-mini et l'euro, quasiment parallèle à l'automne, commence à diminuer. La moyenne mobile à 22 jours montre d'ailleurs qu'il n'existe presque plus de relation entre les deux tendances.

EMBELLIE

Si les résultats d'entreprise permettront d'évaluer l'impact de l'accentuation de la crise de la dette sur les résultats à l'étranger des grands groupes américains, ils donneront également des indices fiables sur la situation économique des Etats-Unis où les derniers indicateurs sont plutôt encourageants.

Dernière en date, la statistique de l'emploi aux Etats-Unis a confirmé l'embellie sur le marché du travail américain avec un taux de chômage en baisse à 8,5%, au plus bas depuis février 2009.   Suite...

 
<p>Tr&egrave;s li&eacute;s &agrave; l'&eacute;volution de la crise de la dette souveraine de la zone euro, les march&eacute;s d'actions am&eacute;ricains auront l'opportunit&eacute; cette semaine de s'en affranchir &agrave; la faveur de la r&eacute;ouverture lundi de la saison des r&eacute;sultats aux Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid</p>