6 janvier 2012 / 12:27 / il y a 6 ans

La Belgique se dit résolue à ramener le déficit 2012 à 2,8%

BRUXELLES (Reuters) - La Belgique fera son maximum pour ramener le déficit à 2,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2012, a déclaré vendredi le ministre belge des Finances Steven Vanackere, rejetant des informations de presse selon lesquelles la Commission européenne (CE) aurait refusé le projet de budget du royaume.

Le quotidien De Morgen a rapporté que l‘exécutif européen avait rejeté le texte au motif que la prévision de déficit budgétaire était trop optimiste et devrait dépasser 3% du PIB, un niveau qui expose le pays à de possibles sanctions financières.

La CE a réagi en annonçant n’être pas arrivée à la conclusion de devoir ou non lancer une procédure pour déficits excessifs à l‘encontre de la Belgique, ainsi que la Hongrie, la Pologne, Chypre et Malte.

“Nous ne sommes pas encore parvenus à une conclusion de l‘analyse de la situation de cinq pays, mais nous y viendrons très bientôt”, a dit un porte-parole.

En novembre, elle avait adressé un premier avertissement à ces cinq pays membres, susceptibles de ne pas respecter les règles budgétaires en 2012.

Steven Vanackere a déclaré qu‘il était normal pour la Commission de poser des questions et que cela ne voulait pas dire pour autant que le budget avait été rejeté.

“Nous ferons tout notre possible pour convaincre la Commission européenne que la Belgique est déterminée à avoir un déficit budgétaire de 2,8%”, a dit le ministre à la presse.

“Tout le monde sait qu‘aux alentours du mois de février, nous procéderons à un examen en profondeur du budget” pour s‘assurer que la réduction du déficit est sur de bons rails, a-t-il ajouté.

VANACKERE SE VEUT RASSURANT SUR DES SANCTIONS

Après des négociations difficiles, les six partis de la coalition au pouvoir à Bruxelles étaient parvenus en novembre à un accord de budget prévoyant un déficit budgétaire représentant 2,8% du PIB, sous la limite des 3% imposée par l‘Union européenne.

Or, selon De Morgen, la Commission européenne est d‘avis que les projections de croissance retenues par le gouvernement belge aboutiraient à un déficit budgétaire représentant 3,1% du PIB.

En outre, alors que le budget 2012 a été établi sur la base d‘une croissance de 0,8%, la banque centrale a revu à la baisse sa prévision d‘expansion à 0,5% quelques jours plus tard. Elle a par ailleurs estimé à 4,2% le déficit en 2011.

De Morgen, qui ne cite aucune source, précise que le Premier ministre belge Elio Di Rupo a été informé par une lettre de l‘Union européenne

Un porte-parole du ministère belge des Finances a reconnu que la Commission européenne avait bel et bien envoyé une lettre, sans donner de détail sur son contenu. Il a souligné que le conseil des ministres devait se réunir dans la matinée pour évoquer cette question.

Une source proche du gouvernement belge, s‘exprimant sous le sceau de l‘anonymat, a précisé que ce courrier entrait dans le cadre d‘un processus normal d’échange d‘informations et qu‘aucune décision définitive n‘avait encore été prise.

Pour Steven Vanackere, il n‘y a pas de souci à avoir concernant de possibles sanctions de la part la Commission européenne.

“Si vous faites un excès de vitesse sur l‘autoroute, vous récoltez une amende, mais l‘objectif n‘est pas d‘en obtenir une. La Belgique ne prévoit pas non plus de se dérober à ses obligations. Ce qui veut dire que la menace d‘une sanction a disparu”, a déclaré le ministre.

Ben Deighton et Robert-Jan Bartunek, Jean Décotte pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below