Déficit de l'Espagne plus important que prévu, impôts en hausse

vendredi 30 décembre 2011 21h25
 

par Andrés González et Elisabeth O'Leary

MADRID (Reuters) - Le déficit public de l'Espagne sera cette année bien plus important que prévu, a fait savoir le gouvernement espagnol vendredi, tout en annonçant une hausse des impôts inattendue.

Le gouvernement de centre-droit issu des urnes en novembre dernier a précisé que le déficit représenterait 8% du PIB en 2011, alors que l'objectif officiel était de 6%.

Il a annoncé une première réduction des dépenses publiques de 8,9 milliards d'euros et une hausse des impôts censée rapporter dans les six milliards d'euros annuellement.

"Ce n'est que le début... Nous sommes confrontés à une situation exceptionnelle et inattendue, qui nous oblige à prendre des mesures exceptionnelles et inattendues", a dit la vice-Premier ministre Soraya Saenz de Santamaria.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a déploré ce glissement et jugé qu'il était d'autant plus important que l'Espagne "reste résolue à corriger son déficit excessif d'ici 2013 comme prévu".

Il y a encore 10 jours, le Trésor affirmait que le déficit budgétaire était bien parti pour atteindre l'objectif de 4,8% du PIB, ce qui, de l'avis des analystes, porterait le déficit public à plus de 6% du PIB.

"C'est un choc de taille, je ne m'attendais pas à une telle hausse du déficit. Comment atteindre l'objectif en usant de l'impôt sur le revenu et de la taxation du capital? Cela veut dire que la récession empire encore plus", commente Robert Tornabell, économiste de l'université ESADE de Barcelone.

L'économie espagnole s'est contractée au quatrième trimestre et restera faible au premier trimestre 2012, a dit cette semaine le nouveau ministre de l'Economie, Luis de Guindos.   Suite...