La France veut tirer les bénéfices de son action en Libye

mardi 20 décembre 2011 19h39
 

par Matthias Blamont

TRIPOLI (Reuters) - Deux mois après la libération de la Libye par les insurgés, la France veut tirer les bénéfices de son soutien à une révolution qui a mis fin aux 42 années de règne du régime de Mouammar Kadhafi.

Accompagné d'une centaine de dirigeants de sociétés, dont la moitié de petites et moyennes entreprises, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, est revenu mardi à Tripoli promouvoir l'offre "made in France" dans l'espoir de concrétiser, à moyen terme, de grands contrats à l'exportation dans les domaines de l'énergie, les infrastructures et la santé.

Dans les pas du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, en visite sur place le 15 décembre, Pierre Lellouche effectue son deuxième déplacement en Libye depuis la fin de la guerre civile. Il devrait être suivi jeudi du ministre de la Santé, Xavier Bertrand.

Pierre Lellouche était venu une première fois le 12 octobre prendre des contacts avec les ministres du Conseil national de transition (CNT) et leur présenter un panel de dirigeants français.

"Il y a beaucoup de travail, on ne reconstruit pas un pays en une seule visite. Il y aura des élections au mois de juin et il est important que nos chefs d'entreprise retrouvent des marques auprès des dirigeants libyens et des nouvelles administrations", a déclaré Pierre Lellouche à des journalistes.

"Nous avons un grand capital de sympathie auprès des dirigeants et des gens dans la rue mais ce capital ne durera pas éternellement, nous devons être efficaces avec des propositions, nous devons 'être là'", a-t-il ajouté.

Le CNT, composé de membres représentant plusieurs villes de Libye, a constitué un gouvernement intérimaire et devrait rester l'organe législatif du pays jusqu'à l'élection d'un congrès national, lui-même chargé par la suite d'organiser une élection présidentielle.

Pierre Lellouche a indiqué que sa visite serait l'occasion de signer des lettres d'intention et quelques premiers contrats.   Suite...