Repsol sauve Sacyr en rachetant 10% de ses propres titres

mardi 20 décembre 2011 13h38
 

MADRID/MOSCOU (Reuters) - Le pétrolier espagnol Repsol est mardi venu au secours de son actionnaire Sacyr, qui peinait à refinancer son importante dette, en lui rachetant 10% de ses propres titres pour 2,57 milliards d'euros.

Le groupe de BTP, qui devait refinancer 4,9 milliards d'euros de prêts syndiqués cette année, est à la peine depuis l'éclatement de la bulle immobilière en Espagne. Juste avant la crise, Sacyr s'était endetté pour acquérir une participation de 20% dans Repsol.

Le syndicat bancaire de Sacyr a exigé du groupe espagnol qu'il trouve environ la moitié de ces 4,9 milliards d'ici une date butoir fixée mercredi, avant de procéder au refinancement du reste.

Après que Sacyr a échoué à vendre une partie de ses actions Repsol à un investisseur industriel étranger, le pétrolier a pu racheter ses propres titres avec une décote de 5% par rapport à la valeur de marché, a déclaré mardi le président de Repsol à l'occasion de la signature d'un partenariat à Moscou.

Dans un communiqué publié à la mi-journée, Sacyr a confirmé la vente d'une participation de 10% dans Repsol à ce dernier et a dit être parvenu à un accord avec ses banques créancières pour refinancer le solde de sa dette, soit 2,4 milliards d'euros, d'ici 2015.

Repsol a déclaré dans un communiqué séparé qu'il pourrait utiliser cette participation de 10% pour rémunérer ses actionnaires ou la vendre à une institution ou à un investisseur stratégique. Le groupe pétrolier a ajouté disposer de la capacité financière nécessaire pour le rachat de ses titres.

Si Repsol n'était pas venu au secours de son actionnaire, il courait le risque de voir les banques prendre le contrôle de la participation de Sacyr dans son capital, accroissant l'incertitude sur l'avenir de ces 20%, ou bien menant le groupe de BTP vers un défaut.

"Il est positif pour l'Espagne de garder Sacyr à flot. Personne ne veut voir des entreprises couler à un moment où le marché est suffisamment difficile", juge Jason Kenney, analyste chez Santander.

L'action Repsol, qui a été suspendue mardi avant l'ouverture du marché - de même que celle de Sacyr - avait clôturé à 22,17 euros la veille.

Carlos Ruano et Melissa Akin, Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten