19 décembre 2011 / 19:08 / il y a 6 ans

La BCE pointe des risques accrus pour la stabilité financière

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a averti lundi que les risques pesant sur la stabilité financière de la zone euro avaient considérablement augmenté au second semestre, alimentés principalement par les craintes de contagion de la crise de la dette et par des tensions sur le marché interbancaire.

Dans son rapport bi-annuel sur la stabilité financière, la BCE estime que dans le pire des cas, le monde pourrait retomber en récession, affaiblissant davantage des banques déjà fragiles.

“La crise du risque souverain et son interaction avec le secteur bancaire a empiré dans le contexte de perspectives de croissance macroéconomiques affaiblies”, lit-on dans ce rapport.

“Au final, la transmission des tensions entre souverains, entre les banques et entre ces deux derniers s‘est intensifiée pour prendre les proportions d‘une crise systémique sans précédent depuis la faillite de Lehman Brothers il y a trois ans.”

La BCE identifie quatre risques majeurs: le risque d‘une intensification de la contagion, les tensions de financement sur les marchés, une hausse du risque crédit pour les banques combinée au ralentissement économique et enfin un dénouement brutal des déséquilibres mondiaux.

Elle souligne que le risque de voir deux grandes banques faire défaut dans l‘année à venir s‘est accru à son plus haut niveau depuis que ce risque a commencé à être mesuré il y a quatre ans.

La BCE critique par ailleurs la réponse politique trop lente à la crise, estimant qu‘elle n‘a fait qu‘empirer les choses en permettant à la contagion d‘atteindre l‘Italie et l‘Espagne, les troisième et quatrième économies de la zone euro.

“La possibilité que d‘autres Etats souverains de la zone euro soient, par conséquent, confrontés à des difficultés de refinancement de leur dette reste l‘un des risques les plus pressants pesant sur la stabilité financière de la zone euro”, note la BCE, qui appelle à une mise en oeuvre “rapide et intégrale” des mesures promises par les dirigeants européens lors de leur dernier sommet au début du mois.

Afin de réduire la pression sur les banques, la BCE a abaissé au début du mois son taux de refinancement de 25 points de base à un plus bas record de 1,0%, assoupli ses règles en matière de collatéraux, annoncé des opérations de refinancement illimité à trois ans et réduit le coefficient des réserves obligatoires.

Mais elle prévient à présent que certaines banques de la zone euro sont devenues dépendantes de ses financements et elle appelle les autorités bancaires à lutter elles aussi contre le risque d‘une crise du crédit.

Les régulateurs nationaux doivent notamment s‘assurer que les plans de recapitalisation des banques n‘entraînent pas un tarissement du crédit dans l’économie réelle, souligne la BCE.

Eva Kühnen, avec Sakari Suoninen et Marc Jones, Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below