L'Insee anticipe une stagnation de l'économie jusqu'en juin

jeudi 15 décembre 2011 22h06
 

PARIS (Reuters) - L'Insee anticipe une stagnation de l'économie française au moins jusqu'en juin prochain, une prévision qui fragilise le scénario du gouvernement pour 2012 à quelques mois de l'élection présidentielle.

Dans sa note de conjoncture publiée jeudi soir, l'institut de la statistique estime en outre que le chômage, à 9,3% de la population active en métropole, pourrait atteindre 9,6% à cette date et franchir le seuil de 10% sur la totalité du territoire.

"A l'automne, les tensions sur les dettes souveraines se sont étendues au secteur financier dans la zone euro et des indices sont apparus récemment d'un durcissement des conditions de financement des agents privés", résume Sandrine Duchêne, chef du département de la conjoncture de l'Insee.

Plusieurs experts ont mis en garde ces dernières semaines contre un éventuel retour d'un "credit crunch" (resserrement du crédit) susceptible de paralyser l'économie comme en 2008.

La Banque centrale européenne a promis de fournir des liquidités aux banques de la zone euro mais pas aux Etats et les tensions sur le marché interbancaire ne sont pas retombées, alimentant un durcissement des conditions de crédit et la contraction de l'activité.

Conséquence de la propagation de la crise de la dette à l'économie réelle, les économistes de l'Insee s'attendent à ce que la zone euro "marque le pas" cet hiver dans le cadre d'un "court épisode récessif" marqué par la faiblesse de la demande intérieure.

Un rebond pourrait intervenir à partir du deuxième semestre 2012 grâce au dynamisme des autres grands pôles économiques mondiaux, Etats-Unis et Chine en tête, mais reste à confirmer.

L'Insee souligne que le produit intérieur brut français devrait reculer de 0,1% au premier trimestre avant de progresser de 0,1% au deuxième.

MOTEURS EN PANNE   Suite...