EasyJet voit encore du potentiel de croissance en France

jeudi 15 décembre 2011 17h50
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La compagnie aérienne à bas coûts britannique EasyJet voit encore un potentiel de croissance important en France, où la pénétration des "low cost" est inférieure de moitié à la moyenne européenne, a déclaré jeudi son directeur général pour la France, François Bacchetta.

EasyJet, qui revendique la deuxième place en France derrière Air France avec plus de 10% du marché, compte notamment sur les deux nouvelles bases qu'elle ouvrira l'été prochain à Toulouse et à Nice, une réplique frontale au plan présenté par la compagnie historique qui cherche à reconquérir la clientèle des vols court et moyen-courriers.

Les compagnies "low cost", comme easyJet et l'irlandaise Ryanair, ne représentent que 20% du marché en France, contre plus de 50% en Grande-Bretagne et en Espagne, avec une moyenne européenne de 40%, a observé François Bacchetta.

"On continue à croître à un rythme soutenu parce qu'il y a de l'espace en France qu'il n'y en a pas forcément ailleurs", a-t-il dit lors d'un entretien accordé à Reuters.

Après avoir gagné un million de passagers par an pour atteindre 12 millions en 2011, soit près du double de 2008, easyJet table sur un peu plus de 500.000 voyageurs supplémentaires l'an prochain, ayant atteint "un certain palier", a expliqué François Bacchetta.

"C'est pour ça qu'on a eu besoin d'ouvrir de nouvelles bases: pour installer de nouveaux relais de croissance", a-t-il dit.

La compagnie britannique, dont 156 lignes desservent la France, ouvrira 16 nouvelles destinations en 2012, pour la plupart au départ de Toulouse et Nice.

EasyJet, qui a démarré ses activités françaises en 1996 avec une liaison Londres-Nice, avait ouvert une première base à Orly en 2002 lors de la disparition de la compagnie Air Lib, puis deux autres en 2008, à Roissy et à Lyon.   Suite...

 
<p>Le directeur g&eacute;n&eacute;ral d'esayJet pour la France, Fran&ccedil;ois Bacchetta, a d&eacute;clar&eacute; que la compagnie a&eacute;rienne &agrave; bas co&ucirc;ts britannique voyait encore un potentiel de croissance important en France, o&ugrave; la p&eacute;n&eacute;tration des "low cost" est inf&eacute;rieure de moiti&eacute; &agrave; la moyenne europ&eacute;enne. /Photo prise le 15 d&eacute;cembre 2011/REUTERS/Philippe Wojazer</p>