Lagarde estime qu'aucun pays n'est immunisé face à la crise

jeudi 15 décembre 2011 18h57
 

WASHINGTON (Reuters) - Les perspectives économiques mondiales sont moroses et nécessitent que tous les pays, les Etats européens en tête, agissent pour faire face à une crise de plus en plus menaçante, a déclaré jeudi la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde.

"Les perspectives économiques mondiales actuelles ne sont pas particulièrement réjouissantes. Elles sont assez moroses", a-t-elle déclaré lors d'une visite au département d'Etat américain.

"Il n'y a aucune économie dans le monde, que ce soit les pays à bas revenus, les marchés émergents, les pays à revenus moyens ou les économies les plus avancées, qui sera immunisée contre la crise que nous voyons non seulement s'étendre mais prendre de l'ampleur", a-t-elle ajouté.

"Ce n'est pas une crise qui sera résolue par le simple fait de voir un groupe de pays prendre des mesures. Elle sera résolue, espérons-le, grâce aux mesures prises par tous les pays, toutes les régions et toutes les catégories de pays."

Christine Lagarde a néanmoins évoqué une lueur d'espoir en provenance des pays d'Asie et d'Amérique latine qui ont, selon elle, pris les mesures nécessaires lors de crises dans les années 1980 et 1990 pour remédier aux faiblesses de leur système bancaire et de leur cadre réglementaire.

"Tous ces défis qu'ils ont dû relever pendant la crise asiatique ou la crise en Amérique latine leur sont bien utiles aujourd'hui", a-t-elle dit.

Celle qui a succédé à Dominique Strauss-Kahn à la tête de l'institution de Washington a estimé que les dirigeants économiques de la planète devaient adopter une approche globale pour corriger les faiblesses systémiques, comme celles mises en lumière par la crise de la dette en zone euro.

"Des efforts seront nécessaires, des ajustements seront nécessaires, et de toute évidence il faudra que cela commence par le coeur de la crise actuelle, c'est-à-dire évidemment les pays européens et en particulier les pays de la zone euro", a-t-elle expliqué.

Andrew Quinn, Jean Décotte pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>La directrice g&eacute;n&eacute;rale du Fonds mon&eacute;taire international (FMI) Christine Lagarde a d&eacute;clar&eacute; que les perspectives &eacute;conomiques mondiales &eacute;taient "assez moroses" et n&eacute;cessitaient que tous les pays, les Etats europ&eacute;ens en t&ecirc;te, agissent pour faire face &agrave; une crise de plus en plus mena&ccedil;ante. /Photo prise le 9 d&eacute;cembre 2011/REUTERS/Fran&ccedil;ois Lenoir</p>