La BCE baisse ses taux mais déçoit sur le reste

jeudi 8 décembre 2011 17h31
 

par Marc Jones

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a douché jeudi les espoirs de ceux qui la voyaient déjà augmenter drastiquement son programme de rachats d'obligations souveraines ou encore autoriser des prêts au Fonds monétaire international (FMI) pour endiguer la crise de la dette.

Mario Draghi, président de la BCE, a également plombé le moral des investisseurs en disant que le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro pourrait baisser de 0,4% en 2012, même si, selon le scénario le plus optimiste, l'année prochaine pourrait se solder par une croissance de 1,0%.

Sans surprise, la BCE a baissé jeudi ses taux d'intérêt pour le deuxième mois d'affilée, espérant par là mettre à distance le double risque de récession et de déflation dans la zone euro. Mario Draghi a précisé par la suite que cette décision n'avait pas été prise à l'unanimité.

Comme attendu, le président de la BCE a également annoncé de nouvelles mesures de soutien aux banques étranglées par la crise avec des appels d'offres pouvant aller jusqu'à trois ans.

Alors que s'ouvrira dans quelques heures un sommet européen sur deux jours censé déboucher sur un accord de sortie de crise de la dette, les déclarations de Mario Draghi, après avoir été initialement bien accueillies, ont fait plonger les Bourses européennes dans le rouge et fait remonter les rendements des obligations souveraines de la zone euro.

"Les tensions accrues sur les marchés financiers continuent de peser sur l'activité économique de la zone euro et les perspectives restent soumises à une incertitude élevée et à des risques baissiers substantiels", a déclaré Mario Draghi au cours de la conférence de presse qui a suivi la décision de la BCE de ramener son taux d'intervention au niveau historiquement de 1%.

Conformément à ce qu'avaient anticipé près des deux tiers des analystes interrogés par Reuters, le taux de refinancement, principal taux directeur de la BCE, a été ramené d'un quart de point, à 1,00%. Le taux de facilité de dépôt est abaissé à 0,25% et le taux de prêt marginal revient à 1,75%, réduits eux aussi de 0,25 point.

DRAGHI S'ÉTONNE DE L'INTERPRÉTATION DE SES PROPOS   Suite...