Les firmes françaises visent le marché du Mondial 2022 au Qatar

mardi 6 décembre 2011 16h25
 

par Pascal Liétout

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé mardi la création d'une filière sport à l'export pour inciter les entreprises à postuler pour les contrats de la Coupe du monde de football au Qatar en 2022, un marché estimé à 100 milliards de dollars.

Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Pierre Lellouche, et le ministre des Sports, David Douillet, ont présidé en ce sens une réunion de travail mardi avec des chefs d'entreprise et une délégation du Comité Suprême 2022, les organisateurs du Mondial au Qatar.

"Ce qui est en jeu, c'est un marché de 100 milliards de dollars", a souligné Pierre Lellouche dans une conférence de presse, en insistant sur "les excellentes relations" entretenues par la France avec l'émirat.

"L'émir (Sheikh Hamad bin Khalifa) et le président de la République (Nicolas Sarkozy) travaillent en symbiose", a-t-il ajouté, en regrettant toutefois que la France ne soit que le 9e partenaire commercial du pays du Golfe.

Malgré l'expertise française en matière de grands évènements sportifs, comme la Coupe du monde de football 1998, "nous n'avions pas une filière export pour le sport", a dit le secrétaire d'Etat.

Ses services, a-t-il précisé, ont identifié une cinquantaine d'entreprises, dont une quinzaine de grands groupes et une trentaine de PMI/PME, susceptibles de viser une part de marché sur le projet Qatar 2022.

Ont notamment été sollicités Bouygues, Vinci et Veolia. "Mais c'est toute la gamme des activités, BTP, Technologies de l'information, développement durable" et autres qui est concernée, a déclaré Pierre Lellouche.

Le Qatar devrait finaliser au cours du premier trimestre 2012 son calendrier d'investissements et susciter ensuite les appels d'offre.   Suite...