USA et Europe vont former un bloc "AA", selon Edrim

mardi 6 décembre 2011 08h59
 

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - Les emprunts d'Etat des grands pays développés ont cessé d'être des actifs sans risque avec la crise de la dette souveraine et les investisseurs vont devoir apprendre à vivre avec cette nouvelle donne, estime le directeur de la gestion taux et crédit chez Edmond de Rothschild Investment Managers (Edrim).

Les Etats-Unis et l'Europe, les deux blocs représentant l'essentiel des pays développés, vont perdre leur "AAA", la meilleure note de crédit, pour former un club de "bons double A", a déclaré Etienne Gorgeon dans un entretien accordé à Reuters à la veille de la mise sous surveillance négative des notes souveraines de quinze pays de la zone euro par l'agence Standard & Poor's.

"La France va probablement perdre son triple A quelque part en 2012. On parie plutôt pour la fin de l'année 2012", a-t-il déclaré.

"Mais on pense également que l'Allemagne a un potentiel assez élevé de perdre son AAA parce que son problème de démographie est fortement pesant et que, dans une économie européenne atone, voire plutôt déprimée, l'Allemagne ne fera pas réellement mieux. Elle est très dépendante du reste de l'Europe".

Cette détérioration inexorable de la qualité du crédit des grands pays développés du triple A - considéré comme un placement sans risque jusqu'aux crises récentes - au AA trouve son origine, selon Etienne Gorgeon, dans un choc de bulles qui ont secoué le monde au cours des 12 dernières années.

"Il y a eu le choc sur les 'corporates' (entreprises, ndlr) avec l'explosion de la bulle des technologiques dans les années 2000 avec des baisses de taux massives et prolongées pour que le consommateur américain demeure actif et protégé. Cela a créé une bulle sur l'immobilier qui s'est traduite par la crise des subprimes qui, à son tour, a directement atteint les banques qui, elles, ont atteint les Etats", a expliqué le responsable taux d'Edrim.

REPRISE FAIBLE ET VIEILLISSEMENT

"Vous avez une suite logique de bulles et on arrive à la fin du cycle dit du levier (endettement), levier favorisé par une période de taux très bas".   Suite...