L'Italie redouble de rigueur

lundi 5 décembre 2011 08h54
 

par Giuseppe Fonte

ROME (Reuters) - Mario Monti, président du Conseil italien, présentera ce lundi au parlement un nouveau plan d'austérité pour assainir les comptes publics et enrayer la crise de la dette qui menace la zone euro.

Le dispositif, qui prévoit 30 milliards d'euros d'économie et de recettes supplémentaires en mêlant hausses d'impôts, réforme des retraites et mesures de relance de la croissance, a été approuvé dimanche par son gouvernement.

Baptisé "Sauver l'Italie", ce plan adopté sous la forme d'un décret se présente en deux volets. Le premier est composé de dispositions budgétaires qui doivent permettre de réaliser 20 milliards d'euros d'économies sur la période 2012-2014. L'autre, dont le gouvernement attend 10 milliards d'euros, regroupe des mesures de relance de la croissance et de l'emploi.

"Nous devons partager les sacrifices et nous avons fait de grands efforts pour les partager équitablement", a déclaré Mario Monti, qui a renoncé à son salaire de président du Conseil et de ministre de l'Economie.

La ministre du Travail, Elsa Fornero, a fondu en larmes en annonçant la fin de l'indexation des retraites sur l'inflation, sauf pour les plus modestes.

Selon le vice-ministre de l'Economie, Vittorio Grilli, la réduction des dépenses publiques représentera 12 à 13 milliards, le reste provenant d'une hausse des prélèvements obligatoires.

Parmi les mesures budgétaires figurent un report de l'âge de départ à la retraite à 66 ans en 2018 et une hausse de deux points de la TVA à compter de septembre 2012.

Le plan prévoit également un rétablissement de la taxe foncière perçue par les municipalités et qui devrait constituer la part principale des nouvelles recettes avec 10 à 11 milliards attendus.   Suite...

 
<p>Mario Monti, pr&eacute;sident du Conseil italien, pr&eacute;sentera ce lundi au parlement un nouveau plan d'aust&eacute;rit&eacute; pour assainir les comptes publics et enrayer la crise de la dette qui menace la zone euro. /Photo prise le 4 d&eacute;cembre 2011/REUTERS/Remo Casilli</p>