L'industrie nautique aborde l'année 2012 dans l'incertitude

jeudi 1 décembre 2011 17h46
 

par Mehdi-Nicolas El Moueffak

PARIS (Reuters) - A la veille du 51e salon Nautique de Paris, l'incertitude est de mise chez les constructeurs de bateaux de plaisance pour 2012, la crise des dettes souveraines offrant peu de visibilité, alors que le marché du nautisme a enregistré une légère amélioration en 2010/2011.

La production française a augmenté de 11% entre septembre 2010 et août 2011, par rapport à la même période 2009/2010, tandis que le marché mondial a enregistré une légère hausse de 0% à 3%, a annoncé la Fédération des industries nautiques (FIN).

"On est dans une situation un peu singulière parce que nos clients sont là, la pratique se développe, mais en même temps on est dans une période où se sont accumulés extérieurement à l'industrie nautique des facteurs d'inquiétudes", a déclaré Yves Lyon Caen, vice-président de la FIN et président du conseil de surveillance de Beneteau.

"Le jour où il y aura une libération de ces freins, essentiellement psychologiques, l'industrie aura un rebond très important", a-t-il cependant souligné.

Le taux d'exportations s'élève à 67% en 2010/2011, contre 63,2% un an auparavant. Les axes de croissance de l'industrie nautique sont, comme l'automobile, les marchés émergents, l'Asie et l'Amérique du Sud notamment.

"J'ai un sentiment d'un marché intérieur qui reste compliqué, mais par contre un marché de grande exportation qui semble se confirmer (...) on n'est pas dans une très grande visibilité ", a estimé Jean-François Fountaine, président de la FIN et PDG du fabricant de catamarans de croisière Fountaine Pajot.

DES COURS DE BOURSE BRADÉS

Les salons d'automne, avec le Festival international de la plaisance de Cannes (du 6 au 11 septembre) et le Grand pavois de la Rochelle (du 14 à 19 septembre), ont été marqués par l'attentisme des clients, avec certes des intentions d'achats plus nombreuses que l'an passé, mais une concrétisation retardée par l'instabilité économique actuelle.   Suite...