L'UE reste vague sur le FMI, les banques divisent

mercredi 30 novembre 2011 15h31
 

par Julien Toyer

BRUXELLES (Reuters) - Les pays de la zone euro sont restés vagues mercredi sur une éventuelle augmentation des ressources du FMI afin de venir en aide aux pays de la zone euro en difficulté.

Réunis à Bruxelles, les ministres des Finances de l'UE sont également restés divisés sur le soutien public qui doit être apporté aux banques du continent pour éviter une répétition du "credit crunch" de 2008.

Après avoir ouvert mardi soir la porte au relèvement des ressources du Fonds monétaire international, ils ont évité de communiquer un chiffre et n'ont pas confirmé que les banques centrales de la zone euro fourniraient les fonds.

Plusieurs sources proches des négociations ont toutefois indiqué qu'il s'agissait de la principale option, couplée avec des prêts bilatéraux des pays émergents. Ces sources ont dit qu'aucun chiffre n'avait été évoqué.

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) dispose d'une capacité effective de prêt d'environ 250 milliards d'euros, alors que celle du FMI est d'environ 380 milliards de dollars (285 milliards d'euros).

En fonction de l'intérêt des investisseurs dans les deux options proposées par le FESF pour démultiplier ses moyens, ce dernier pourrait multiplier plusieurs fois cette capacité, même s'il ne parviendra sans doute pas à réunir les 1.000 milliards d'euros espérés fin octobre.

L'augmentation des ressources du FMI pourrait elle aussi permettre à l'institution dirigée par Christine Lagarde de voir sa capacité d'action décuplée.

Ces efforts doivent notamment permettre de mettre sur pied des mécanismes de soutien crédibles à des pays comme l'Italie ou l'Espagne, respectivement troisième et quatrième économies de la zone euro, dans le cas où elles se verraient refuser l'accès aux marchés et avaient besoin d'un programme d'aide.   Suite...