November 30, 2011 / 2:29 PM / 6 years ago

Front uni des banques centrales pour la liquidité

5 MINUTES DE LECTURE

<p>Les banques centrales des grandes puissances &eacute;conomiques ont indiqu&eacute; qu'elles prendraient des mesures concert&eacute;es pour pr&eacute;venir tout manque de liquidit&eacute; dans le syst&egrave;me financier international. /Photo d'archives/Kacper Pempel</p>

par Glenn Somerville

WASHINGTON (Reuters) - Les banques centrales des grandes puissances économiques ont déclaré mercredi qu'elles prendraient des mesures concertées pour prévenir un assèchement du crédit pour des banques européennes touchées par la crise de la dette de la zone euro.

La Réserve fédérale, la Banque centrale européenne (BCE) et les banques centrales du Canada, de Grande-Bretagne, du Japon et de la Suisse ont annoncé mercredi dans un communiqué commun qu'elles avaient convenu d'abaisser d'un demi-point, à compter du 5 décembre, le coût des swaps de liquidité en dollar en cours.

En outre, les accords en cours seront prolongés au 1er février 2013 et des accords de swap bilatéraux seront possibles de façon à ce qu'une banque puisse se refinancer dans sa propre monnaie si nécessaire.

Cette décision vise à prévenir une paralysie du marché du crédit, alors même que les banques européennes ont du mal à obtenir des financements à court terme, les investisseurs doutant de la capacité des autorités de la zone euro à juguler la crise de la dette de la région.

L'euro a bondi après cette annonce et les Bourses européennes ont accentué leur hausse. Wall Street a également ouvert en forte hausse.

Signe de tensions aigües sur le marché du crédit mondial, la Banque populaire de Chine a réduit mercredi le ratio des réserves obligatoires (RO), pour la première fois en près de trois ans, afin d'apaiser les tensions du marché du crédit et de redonner du jus à une économie qui connait son rythme de croissance le moins soutenu depuis 2009.

Dans le même temps, en Italie, le Trésor a alloué 1,98 milliard d'euros lors d'une adjudication de liquidités d'un type nouveau inauguré mercredi, visant à faciliter le financement à très court terme d'établissements de crédit en mal de trésorerie.

Pour leur part, les pays de la zone euro sont restés vagues mercredi sur une éventuelle augmentation des ressources du FMI afin de venir en aide aux pays de la zone euro en difficulté.

"NOËL AVANT L'HEURE"

Les analystes jugent encourageante l'initiative des banques centrales en faveur de la liquidité.

"C'est la très bonne surprise du jour; c'est un peu Noël avant l'heure. C'est une action ultra-concertée qui implique toutes les banques centrales", a réagi Alexandre Baradez, analyste de marché chez Saxo Banque.

"L'objectif est d'assouplir les conditions de liquidité et d'éviter un 'credit crunch'. C'est une réponse à l'évolution non maîtrisée du marché des taux", a-t-il ajouté.

Pour autant, même si cette action se révèle utile, l'Europe doit encore résoudre ses problèmes de fond et tant que cela ne sera pas fait, il est peu vraisemblable que les marchés s'apaisent en profondeur, estiment d'autres analystes.

"C'est un électrochoc qui peut permette un retournement durable du marché et peut-être lancer le 'rally' boursier de la fin de l'année. Pour autant cette action ne suffira pas à elle seule à résoudre la crise", tempère ainsi Baradez.

"C'est un soutien", observe Mark Thomas (Marex Spectron). "Mais difficile de dire pour combien de temps".

La Fed a remarqué qu'aux Etats-Unis, les banques n'éprouvaient à présent aucune difficulté à se financer à court terme mais elle a ajouté que si les conditions se dégradaient, elle disposait de toute une série d'instruments de secours et qu'elle les emploierait en cas de nécessité.

L'action concertée inattendue des banques centrales est destinée à prévenir le risque éventuel d'un assèchement du crédit au niveau mondial.

"L'objet de ces décisions est d'apaiser les tensions sur les marchés financiers et par là d'atténuer les effets de telles tensions sur l'offre de crédit aux ménages et aux entreprises et en cela de soutenir l'activité économique", expliquent les banques centrales.

William Schomberg et Catherine Bosley; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Catherine Monin

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below