Les Bourses européennes terminent en hausse, Paris gagne 0,46%

mardi 29 novembre 2011 18h26
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse, à un pic d'une semaine, leur rally effectué dans un volume faible se prolongeant pour la troisième séance d'affilée.

La Bourse de Paris a terminé sur un gain de 0,46% à 3.026,76. Les autres places européennes terminent en hausse à l'unisson.

Aux valeurs, Rémy Cointreau a fini sur un gain de 2,9%. Le deuxième groupe français de spiritueux a vu son résultat opérationnel bondir de 31% au premier semestre 2011-2012 et entend bien ajouter une nouvelle marque à son portefeuille de spiritueux.

La Bourse de Londres a également fini sur une hausse de 0,46% à 5.337,00 points. Francfort a gagné 0,95% à 5.799,91 points tandis que l'indice paneuropéen Eurofirst 300 a pris 0,75% à 947,89.

Les places boursières de part et d'autre de l'Atlantique sont portées par une solide statistique de la confiance du consommateur américain et par le nouvel espoir de voir les Européens prendre des mesures décisives pour juguler la crise de la dette.

France et Allemagne proposeront à leurs partenaires européens plus de discipline budgétaire et plus de solidarité au prochain Conseil européen du 9 décembre, a déclaré mardi la ministre française du Budget, Valérie Pécresse.

Par ailleurs, la réforme du Fonds européen de stabilité financière et l'aide de huit milliards d'euros à la Grèce devraient être entérinés mardi soir par les ministres des Finances de la zone euro.

"Le marché tire parti d'une adjudication italienne qui a dégagé de bons ratios de couverture mais à des niveaux (de rendement) considérablement plus élevés. On espère une fois de plus une solution globale aux problèmes de la zone euro", dit Philippe Gijsels (BNP Paribas Fortis Global Markets). "Mais tout ce qu'on a pour l'instant ce sont des rumeurs et des promesses. Si elles ne se transforment pas en quelque chose de plus concret, les marchés risquent une fois de plus d'être très déçus. Les leaders européens ont une nouvelle chance de joindre le geste à la parole".

L'Italie a dû accepter mardi un rendement record depuis la création de la zone euro de près 8% pour pouvoir émettre 7,5 milliards d'euros de papier à trois ans, un niveau qui place le coût de sa dette a un niveau de plus en plus difficilement soutenable.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>