Faute de croissance, Londres prolonge l'austérité

mardi 29 novembre 2011 16h52
 

par Fiona Shaikh et David Milliken

LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a revu en forte baisse mardi ses prévisions de croissance et reconnu qu'il lui faudrait plus longtemps que prévu pour réduire le déficit budgétaire, ce qui l'amènera à prolonger des mesures d'austérité au-delà de l'échéance électorale de 2015.

Le ministre des Finances (chancelier de l'Échiquier), George Osborne, a averti que l'économie du royaume risquait de basculer dans la récession si la crise de la dette n'était pas rapidement résolue.

"Si le reste de l'Europe se dirige vers la récession, il pourrait être difficile d'en éviter une au Royaume-Uni", a-t-il dit au parlement lors de son discours semestriel sur le budget.

"La majeure partie de l'Europe semble se diriger vers une récession provoquée par une absence chronique de confiance dans la capacité des pays à faire face à leur dette. Nous ferons tout ce qu'il faut pour protéger la Grande-Bretagne de cette tempête de la dette, tout en faisant tout ce que nous pouvons pour poser les fondations de la croissance future", a-t-il ajouté.

Le gouvernement de David Cameron ne prévoit plus que 0,7% de croissance en 2012, alors qu'il tablait en mars sur un chiffre de 2,5%.

L'Office for Budget Responsibility (OBR), l'organisme indépendant qui établit ces prévisions, s'attend à une baisse de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) sur les trois derniers mois de cette année.

Il table sur une reprise de 2,1% en 2013 (contre 2,9% jusqu'à présent) puis sur une accélération à 3,0% d'ici 2015, un niveau que les analystes jugent optimiste.

PLAN D'INVESTISSEMENT DANS LES INFRASTRUCTURES   Suite...