Les valeurs suivies à la mi-séance à la Bourse de Paris

lundi 28 novembre 2011 12h26
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 avançait de 3,67% à 2.961,82 points à 12h07, dans des volumes qui restent faibles (moins d'un milliard d'euros sur NYSE Euronext) :

Aucune valeur du CAC 40 n'était en baisse.

* Les VALEURS FINANCIÈRES sont dopées par une information du journal La Stampa, pourtant démentie, selon laquelle le FMI étudie la possibilité de prêter jusqu'à 600 milliards d'euros à l'Italie à un taux de 4% ou 5% sur 12 à 18 mois, ainsi que par l'accélération des réflexions de la France et de l'Allemagne sur une redéfinition radicale de la zone euro.

AXA gagnait 8,56%, plus forte hausse du CAC 40, CREDIT AGRICOLE prenait 5,18% et SOCIETE GENERALE 5,02%. DEXIA avançait de 11,32%, plus forte hausse du SBF 120, et NATIXIS gagnait 7,39%. L'indice Stoxx des assureurs (+4,68%) réalisait la plus forte progression sectorielle en Europe devant les bancaires (+4,44%).

BNP PARIBAS (+8,2%) envisage de vendre un portefeuille de capital-investissement, selon une source proche du dossier.

* LES CYCLIQUES profitaient également du regain d'espoirs qui parcourent les marchés financiers. SCHNEIDER progresse de 6,07%, SAINT-GOBAIN de 5,81%, PSA de 5,57%, ALSTOM de 5,5% et ARCELORMITTAL de 5,32%.

Les groupes automobiles européens s'octroient 4,13% et la construction 3,69%.

* AREVA (+3,92%) a été retenu pour deux nouveaux contrats portant sur des parcs d'éoliennes en Allemagne. Selon les Echos, le montant potentiel est de 1,2 milliard d'euros.

* ATOS était en hausse de 3,95%. Le PDG de la SSII, dans une interview au Wall Street Journal, a confirmé ses objectifs 2011 et estimé qu'il n'était pas trop tard pour s'implanter en Chine.   Suite...

 
<p>La Bourse de Paris &eacute;tait en forte hausse lundi &agrave; la mi-s&eacute;ance, o&ugrave; le CAC 40, dont aucune valeur n'&eacute;tait en baisse, gagnait 3,67% &agrave; 2.961,82 points &agrave; 12h07. Les valeurs financi&egrave;res sont dop&eacute;es par des informations de La Stampa, pourtant d&eacute;menties, sur un pr&ecirc;t du FMI &agrave; l'Italie, et l'acc&eacute;l&eacute;ration des discussions franco-allemandes sur une red&eacute;finition de la zone euro. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults</p>