Sixième séance de baisse consécutive pour Wall Street

mercredi 23 novembre 2011 22h27
 

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a de nouveau fortement baissé mercredi, subissant sa sixième séance consécutive de recul, aux craintes toujours aussi vives concernant la crise de la dette de la zone euro étant venues se rajouter des inquiétudes concernant l'économie mondiale après des indicateurs mitigés, notamment en Chine.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 2,05%, soit 236,17 points, à 11.257,55. Le S&P-500, plus large, a perdu 26,25 points, soit 2,21%, à 1.161,79. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 61,20 points (-2,43%) à 2.460,08.

L'Allemagne a lancé un emprunt obligataire jugé désastreux, faisant craindre à certains que la crise de la dette ne commence aussi à menacer la première puissance de la zone euro, tandis que les dirigeants français et allemands divergent toujours sur ce que doit être une solution à long terme pour renforcer et mieux structurer la zone l'euro.

Les problèmes de dette plombant l'Europe et les Etats-Unis ont pesé sur les marchés financiers depuis plus d'une semaine. Le S&P 500 a perdu plus de 7% sur les six dernières séances, l'indice des Bourses mondiales a touché un creux de six semaines, tout comme l'euro face au dollar.

"Avec des interrogations sur la fiabilité des titres de dette allemands, les investisseurs prennent conscience que l'on peut assister à une hausse généralisée du coût de la dette, ce qui va peser encore un peu plus sur une confiance déjà très flageolante", a estimé Andrew Wilkinson, analyste technique en chef chez Miller Tabak & Co.

Les dix indices sectoriels S&P ont baissé, celui regroupant les valeurs financières ayant le plus souffert (-2,89%) en raison des inquiétudes concernant l'exposition des banques à la dette européenne.

L'action JPMorgan Chase a perdu 3,50% à 28,38 dollars et le titre Citigroup 3,88% à 23,15 dollars.

En plus des inquiétudes liées à la crise de la dette, le front macro-économique a également fourni son lot de mauvaises nouvelles.   Suite...