La France lève 7 milliards d'euros à 30 ans, plus de 31 milliards demandés

mardi 16 mai 2017 18h56
 

LONDRES/PARIS (Reuters) - L'Agence France Trésor (AFT) a levé mardi 7 milliards d'euros à 30 ans dans le cadre d'une opération qui a suscité un vif intérêt auprès des investisseurs après la levée des incertitudes liées à l'élection présidentielle française mais aussi en raison des anticipations de remontée des taux d'intérêt au sein de la zone euro.

Le prix d'émission définitif correspond à un rendement supérieur de 12 points de base à celui de l'OAT 3,25% mai 2045 avec un coupon à 2%.

Les établissements chargés de la syndication de cet emprunt (BNP Paribas, Citigroup, HSBC, JPMorgan et SG CIB) avaient ouvert les livres d'ordre avec un rendement indicatif supérieur d'environ 14 points de base à celui de référence mais l'ont ensuite réduit au vu de la forte demande.

Cette dernière a dépassé 31 milliards d'euros, dont 2,85 milliards pour les banques chefs de file, a-t-on appris auprès d'elles.

"Le fait de lancer cette opération avec un livre d'ordre record de 31 milliards d'euros témoigne du vif intérêt des investisseurs internationaux et de leur confiance pour la signature française", a dit Benjamin de Forton, responsable origination secteur public en France chez BNP Paribas.

"La dernière fois que la France a fait une opération nominale à 30 ans syndiquée, c'était en 2013, le montant levé avait été de 4 milliards d'euros pour un livre d'ordre de 8 milliards", a-t-il ajouté.

"La France est l'un des rares pays à avoir un accès régulier et de taille sur la partie très longue de la courbe, ce qui témoigne aussi de la confiance des investisseurs internationaux", a souligné Benjamin de Forton.

UN TEST GRANDEUR NATURE   Suite...

 
L'Agence France Trésor (AFT) a levé mardi 7 milliards d'euros à 30 ans dans le cadre d'une opération qui a suscité un vif intérêt auprès des investisseurs après la levée des incertitudes liées à l'élection présidentielle française mais aussi en raison des anticipations de remontée des taux d'intérêt au sein de la zone euro. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic