16 mai 2017 / 16:23 / il y a 3 mois

L'Europe dans le désordre, record pour le FTSE, l'euro s'envole

Les principales Bourses européennes ont terminé dans le désordre une séance animée principalement par les résultats et l'actualité des entreprises avec un record de clôture pour le FTSE à Londres. À Paris, l'indice CAC 40 a abandonné 0,21% mardi alors qu'à Francfort, le Dax reculait de 0,02% et qu'à Londres, le FTSE s'adjugeait 0,91%. /Photo d'archives/Kai Pfaffenbach

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé dans le désordre une séance animée principalement par les résultats et l'actualité des entreprises avec un record de clôture pour le FTSE à Londres tandis que sur le marché des changes, l'euro s'envolait pour toucher son plus haut niveau face au dollar depuis six mois.

À Paris, l'indice CAC 40 a abandonné 0,21% (11,30 points) à 5.406,10 mardi alors qu'à Francfort, le Dax reculait de 0,02% et qu'à Londres, le FTSE, soutenu notamment par les résultats bien accueillis de Vodafone, s'adjugeait 0,91% à un record de 7.522,03.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro a fini inchangé, le FTSEurofirst 300 a progressé de 0,08% et le Stoxx 600 a abandonné 0,02%.

Plus forte hausse du Stoxx 600, EDF a gagné 7,08%, une progression que des investisseurs relient au choix d'Emmanuel Macron, le nouveau président français, de nommer Premier ministre Edouard Philippe, qu'ils considèrent comme favorable à la filière nucléaire.

Les autres valeurs françaises du secteur de l'électricité ont également séduit, notamment Engie (+2,31%).

Non loin derrière EDF, l'opérateur mobile britannique Vodafone a pris 3,96% après ses résultats annuels et des prévisions visiblement appréciées par les investisseurs.

A l'opposé, la plate-forme de fonds britannique Hargreaves Lansdown (-8,5%) affiche la plus forte baisse de l'indice large européen après un article du Guardian affirmant que le gérant américain Vanguard envisageait de vendre des fonds indiciels cotés (ETF) sans passer par des intermédiaires.

Egalement en net recul, SFR Group a cédé 3,8%, la plus forte baisse du SBF120, après la décision de MSCI de retirer la valeur de son indice France, au profit d'Ipsen (-0,5%).

Sur le marché des changes, l'euro a franchi le seuil de 1,1070 dollar (+0,9%), au plus haut depuis le 9 novembre et l'élection de Donald Trump.

La monnaie unique profite du repli du dollar, qui cède 0,65% face à un panier de six devises de référence après que Donald Trump eut confirmé qu'il avait partagé la semaine dernière des informations sensibles en matière de sécurité avec des responsables russes reçus à la Maison blanche.

Alors que les cambistes ont déjà les yeux tournés vers les réunions de politique monétaire de juin des deux côtés de l'Atlantique, la perspective de voir la Banque centrale européenne (BCE) ouvrir le mois prochain le débat sur le "tapering", le retrait progressif de ses mesures de soutien, favorise également la monnaie unique face au billet vert.

Le pétrole, lui, a continué de monter après l'accord russo-saoudien destiné à prolonger de neuf mois les mesures de limitation de la production. Il paraît vouloir se stabiliser, autour de 51,82 dollars pour le baril de Brent et de 48,80 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

Les indices de Wall Street évoluent sans tendance claire à l'heure de la clôture en Europe.

Patrick Vignal, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below