15 mai 2017 / 08:01 / il y a 3 mois

Les Bourses en Europe en hausse, record pour le Dax

Les principales Bourses européennes sont en hausse lundi en début de séance. À Paris, l'indice CAC 40 est pratiquement stable à 07h55 GMT tandis qu'à Londres, le FTSE, gagne 0,23%. À Francfort, le Dax (+0,28%) a franchi pour la première fois la barre des 12.800 points. /Photo d'archives/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en hausse lundi en début de séance, soutenues par un rebond des cours du pétrole et un record du Dax à Francfort au lendemain de la victoire du camp de la chancelière Angela Merkel à des élections régionales allemandes.

L'envol des marchés est toutefois freiné par les inquiétudes suscitées par la cyberattaque à l'échelle mondiale en cours depuis vendredi, par le nouveau test de missile de la Corée du Nord et par des indicateurs économiques chinois inférieurs aux attentes.

À Paris, l'indice CAC 40 est pratiquement stable à 07h55 GMT tandis qu'à Londres, le FTSE, gagne 0,23%.

À Francfort, le Dax (+0,28%) a franchi pour la première fois la barre des 12.800 points au lendemain de la nette victoire électorale remportée l'Union chrétienne-démocrate (CDU) dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, le plus peuplé d'Allemagne, pourtant un fief historique du Parti social-démocrate (SPD).

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro prend 0,05%, le FTSEurofirst 300 0,19% et le Stoxx 600 0,17 %.

Les plus fortes progressions sectorielles sont pour les ressources de base et le compartiment du pétrole et le gaz, qui progressent chacun d'environ 1,2%.

Du côté des valeurs individuelles, le groupe italien d'infrastructures Atlantia gagne près de 3% après lancé une offre de 16,34 milliards d'euros sur son concurrent espagnol Abertis, dont le titre est stable, l'opération étant largement anticipée.

A Paris, Peugeot recule de 2,55%, la plus forte baisse du CAC 40.

L'une des plus fortes hausses de l'indice large SBF 120 est pour Bolloré, qui prend 2,3% après avoir publié vendredi soir un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 7,3% à périmètre et taux de change constants.

Parmi les principaux facteurs de soutien au marché figure la hausse du pétrole après le communiqué commun de l'Arabie saoudite et de la Russie sur une prolongation jusqu'en mars 2018 de l'accord d'encadrement de la production qui arrive à échéance fin juin.

Le Brent s'échange à près de 52 dollars, en hausse de plus de 2%, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 2,4%, autour de 49 dollars.

Parallèlement, les investisseurs surveillent l'évolution de la vague de cyberattaques au "rançongiciel" qui a touché plus de 200.000 ordinateurs dans plus de 150 pays du monde entier, continue de sévir en Asie et pourrait provoquer de nouvelles perturbations en Europe.

En France, 90% des usines Renault ont repris leur activité lundi matin mais le site de Douai reste à l'arrêt à titre préventif. Renault n'est pas la seule entreprise française victime des attaques, a déclaré lundi Guillaume Poupard, directeur général de L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI).

Autre motif de préoccupation: en Corée du Nord, les autorités ont annoncé que le test d'un nouveau missile balistique effectué dimanche visait à vérifier sa capacité à porter une ogive nucléaire.

La nouvelle pèse entre autres sur le won sud-coréen, en repli de 0,1% face au dollar.

En Chine, la hausse des ventes au détail et des investissements immobiliers compense les chiffres inférieurs aux attentes de la production industrielle et des investissements en actifs immobilisés. La Bourse de Shanghai a terminé en hausse de 0,2Z%.

La Bourse de Tokyo a fini sur un repli limité à 0,07% après avoir souffert pendant la majeure partie de la séance de l'appréciation du yen. [.TFR]

L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) gagne 0,5% après avoir touché en début de journée son plus haut niveau depuis juin 2015.

Vendredi à Wall Street, le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 ont terminé en léger repli après des indicateurs en demi-teinte mais le Nasdaq a fini de justesse dans le vert.

Sur le marché des changes, le dollar cède 0,15% face à un panier de devises de référence, affecté entre autres par les chiffres moins soutenus qu'attendu publiés vendredi sur les ventes au détail et l'inflation aux Etats-Unis. L'euro se traite à près de 1,0940 dollar.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below