Pétrole: Arabie et Russie veulent prolonger l'accord de neuf mois

lundi 15 mai 2017 17h29
 

par Chen Aizhu

PEKIN (Reuters) - L'Arabie saoudite et la Russie ont exprimé lundi leur volonté de prolonger de neuf mois, jusqu'en mars 2018, l'accord de réduction de la production pétrolière en vigueur depuis le début de l'année en vue de faire remonter de façon régulière les cours d'un marché qui est pour l'heure engorgé.

L'annonce, intervenue 10 jours avant la prochaine réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont la Russie ne fait pas partie, et le choix des mots ont étonné le marché et les cours tant du WTI texan que du Brent de Mer du Nord ont pris plus de 2%.

Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, et son homologue russe, Alexandre Novak, se sont engagés à "faire tout ce qu'il faut" pour réduire les stocks mondiaux et les ramener à leur moyenne de cinq ans. Ils reprennent ainsi la formule employée au cours de l'été 2012 par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, pour afficher sa détermination à sauver l'euro.

"Il y a eu une nette réduction des stocks mais nous ne sommes pas encore là où nous voulons être, à leur moyenne de cinq ans", a dit Kahlid al Falih, lors d'un point de presse à Pékin en présence d'Alexandre Novak. "Nous en sommes arrivés à la conclusion qu'il fallait prolonger l'accord".

L'Opep, la Russie et d'autres pays producteurs se sont entendus fin 2016 pour réduire leur production de brut de près de 1,8 million de barils par jour (bpj) sur une période couvrant le premier semestre 2017.

CONVAINCRE LES AUTRES PRODUCTEURS

L'Arabie saoudite, chef de file de fait de l'Opep, et la Russie, le premier producteur mondial, représentent 20% environ de l'offre pétrolière mondiale.   Suite...

 
Le ministre de l'Énergie de l'Arabie Saoudite Khalid al-Falih et son homologue russe Alexander Novak lors d'une conférence à Pékin. L'Arabie saoudite et la Russie ont exprimé lundi leur volonté de prolonger de neuf mois, jusqu'en mars 2018, l'accord de réduction de la production pétrolière en vigueur depuis le début de l'année en vue de faire remonter de façon régulière les cours d'un marché qui est pour l'heure engorgé. /Photo prise le 15 mai 2017/REUTERS/Aly Song