26 octobre 2016 / 07:12 / il y a un an

Lloyds ne rassure pas malgré des profits stables après le Brexit

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group, première grande banque britannique à publier ses résultats depuis le vote en faveur d‘une sortie de la Grande-Bretagne de l‘Union européenne, a fait état de profits stables sans rassurer les investisseurs.

Lloyds Banking Group, première grande banque britannique à publier ses résultats depuis le vote en faveur d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, a fait état de profits stables sans rassurer les investisseurs. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville

La banque a annoncé un bénéfice courant avant impôt de 1,9 milliard de livres sterling (2,12 milliards d‘euros) sur la période contre 1,97 milliard de livres un an auparavant, déjouant les craintes d‘une forte baisse des profits à la suite du vote en faveur du Brexit.

Son produit net bancaire a atteint 4,3 milliards de livres, globalement conforme à celui du troisième trimestre 2015 et son portefeuille de prêt est ressorti à 452 milliards de livres, un milliard seulement en dessous du niveau de la fin du trimestre précédent.

L‘action Lloyds Banking Group a toutefois ouvert en net recul à la Bourse de Londres et abandonne près de 3,1% vers 07h50 GMT alors que l‘indice FTSE 100 cède 0,5%. Elle a perdu environ un quart de sa valeur depuis le vote en faveur du Brexit du 23 juin en raison des craintes sur les conséquences à long terme des résultats du scrutin pour l‘économie britannique.

La marge nette d‘intérêt est notamment ressortie en baisse à 2,69% contre 2,74% au trimestre précédent.

Lloyds a également passé une nouvelle provision d‘un milliard de livres pour indemniser ses clients victimes d‘une commercialisation litigieuse d‘assurance sur prêts après que la Financial Conduct Authority a repoussé d‘un an la date limite de dépôt de plaintes à mi-2019.

Elle a aussi fait état d‘un déficit de 740 millions de livres de son fonds de pension, pénalisé par la chute des rendements obligataires.

“Les perspectives de l‘économie britannique restent incertaines mais la vigueur de la reprise ces dernières années a été telle que le Royaume-Uni se trouve en bonne position”, a déclaré la banque dans un communiqué.

Son directeur général, Antonio Horta-Osório, a dit n‘avoir pas constaté d‘impact majeur du Brexit sur l‘activité des consommateurs et des entreprises mais a prévenu qu‘il serait nécessaire d‘investir sur le long terme pour contrecarrer le ralentissement économique attendu.

“Nous sommes absolument convaincus que l‘économie a besoin d‘un soutien budgétaire en termes d‘infrastructures et de construction de logements”, a-t-il dit ajoutant qu‘il espérait que de telles mesures seront annoncées par le gouvernement lors de la présentation du budget.

La banque s‘est félicitée de la décision du gouvernement de céder sa participation restante de 3,6 milliards de livres à des investisseurs institutionnels, huit ans après le plan de sauvetage de 20,5 milliards de livres dont elle avait bénéficié lors de la crise financière.

Andrew MacAskill et Lawrence White, Juliette Rouillon et Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below