20 octobre 2016 / 20:12 / il y a un an

Wall Street finit en légère baisse, Verizon pèse

La Bourse de New York a fini en baisse de 0,23% jeudi, plombée par le compartiment des télécommunications après des résultats décevants de l'opérateur Verizon. L'indice Dow Jones cédant 41,50 points à 18.161,12. /Photo d’archives/REUTERS/Brendan McDermid

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère baisse jeudi, au terme d‘une séance hésitante, plombée par le compartiment des télécommunications après des résultats décevants de l‘opérateur Verizon.

American Express, en hausse de plus de 9% après une publication meilleure que prévu, a toutefois soutenu les financières et permis au marché de limiter ses pertes.

L‘indice Dow Jones, dont Verizon et AmEx sont deux des 30 composantes, a cédé 41,27 points, soit 0,22%, à 18.162,35 points.

Le Standard & Poor’s 500, plus large, a perdu 2,95 points ou 0,14% à 2.141,34, ne parvenant toujours pas à repasser au-dessus de sa moyenne mobile sur 100 jours -- actuellement à 2.142,60 points -- sous laquelle il évolue depuis la semaine dernière.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a abandonné de son côté 4,58 points (0,09%) à 5.241,83.

La séance a été rythmée de bout en bout par les publications de résultats du troisième trimestre.

Verizon, le premier opérateur de téléphonie mobile aux Etats-Unis, a cédé 2,46% à 49,14 dollars après l‘annonce d‘un chiffre d‘affaires trimestriel en recul de 6,7% et inférieur aux attentes.

Son concurrent AT&T a lâché 1,85% dans la foulée et l‘indice sectoriel S&P des télécoms a décroché de 2,01%, de loin la plus forte baisse des 11 grands indices sectoriels S&P.

American Express a bondi à l‘inverse de 9,03% à 66,78 dollars, sa meilleure séance depuis plus de sept ans, après ses résultats trimestriels solides accompagnés d‘un relèvement de ses prévisions.

Le bond d‘AmEx a soutenu le compartiment financier dont l‘indice a cependant abandonné 0,02%, tiré vers le bas par la compagnie d‘assurance Travelers qui a chuté de 5,77% après des résultats décevants.

Des 11 grands indices S&P, seul celui de la santé a conservé un gain en clôture, de 0,50%, sous l‘impulsion notamment de Danaher (+3,01%) après ses résultats.

MICROSOFT GRIMPE EN APRÈS-BOURSE

“Les financières ont été plutôt solides dans l‘ensemble depuis le début de la saison des résultats mais ce n‘est pas le cas des télécoms, qui ont donc tiré le marché à la baisse”, commente Randy Frederick, directeur du trading et des dérivés chez Charles Schwab à Austin.

Aux technologiques, EBay a chuté de 10,76%, les investisseurs étant déçus par ses prévisions pour le trimestre en cours marqué par la période des fêtes.

Microsoft a cédé 0,49% avant ses résultats publiés à la clôture mais le géant des logiciels a agréablement surpris et le titre montait de 5,9% à un plus haut record dans les transactions électroniques.

American Micro Devices a déçu en revanche et son action trébuchait de 4,6%.

Les relevés de Thomson Reuters montrent que les bénéfices des sociétés du S&P-500 sont maintenant attendus en légère hausse sur la période juillet-septembre, après quatre trimestres consécutifs de contraction. Mais avec 85% des entreprises qui doivent encore publier, il reste de la marge pour corriger ces anticipations.

“Il n‘y a pas eu beaucoup de résultats sous le consensus, mais le marché ne se laisse pas griser par des résultats tout juste en ligne, avec des prévisions un peu tièdes, surtout avec des attentes déjà modestes”, dit Chris Zaccarelli, directeur des investissements chez Cornerstone Financial Partners. “Les valorisations très élevées font qu‘on veut voir des résultats costauds et je pense que le marché est plutôt déçu à ce stade.”

Hors actualité des résultats, Time Warner s‘est adjugé 4,73%, après avoir pris près de 9% en séance, en réaction à une information de Bloomberg selon laquelle AT&T a évoqué l‘idée d‘un possible rachat du groupe de médias lors de réunions.

Les publications de résultats se poursuivent vendredi avec notamment General Electric et McDonald‘s.

Quelque 6,12 milliards de titres ont changé de mains, à comparer à une moyenne de 6,42 milliards sur les 20 dernières séances selon les données Thomson Reuters.

Sur les autres marchés, le dollar a atteint un plus haut depuis le 10 mars face à un panier de devises après le statu quo de la Banque centrale européenne sur ses taux, l‘euro/dollar reculant à un plus bas depuis le 24 juin de 1,0916.

La vigueur du dollar a entraîné un mouvement de prises de bénéfice sur le marché pétrolier, où le brut léger américain a perdu un peu moins de 2,5% après avoir atteint la veille un plus haut de 15 mois.

Sur le marché obligataire, le rendement de l‘emprunt de référence à 10 ans a fini inchangé à 1,752%.

avec Yashaswini Swamynathan à Bangalore, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below