Paris et Londres prônent des sanctions contre la Russie

lundi 17 octobre 2016 16h03
 

par Robin Emmott

LUXEMBOURG (Reuters) - La France et la Grande-Bretagne tentent de convaincre leurs partenaires européens de condamner les frappes russes en Syrie et de prendre de nouvelles sanctions contre le régime syrien, lors d'un conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg, lundi.

Après un week-end marqué par des réunions diplomatiques sans succès à Lausanne et à Londres, cette réunion pourrait déboucher sur la plus ferme condamnation européenne à ce jour à l'égard de la Russie, montre un projet de déclaration commune consulté par Reuters.

"La pression (sur la Russie) doit être forte", a commenté le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault. "Plus l'Union européenne montre unité et détermination, plus nous pouvons progresser vers ce qui est une obligation morale: arrêter le massacre de la population d'Alep", a-t-il dit devant la presse.

"Il est vital de maintenir la pression et nous proposons beaucoup de mesures, de nouvelles sanctions contre le régime syrien et ses partisans", a déclaré dimanche le secrétaire au Foreign Office, Boris Johnson, après une réunion à Londres avec son homologue américain John Kerry.

Mais les pays de l'UE sont divisés sur la stratégie à employer à l'égard de la Russie dans le conflit syrien et sur l'opportunité de sanctions à l'égard du principal fournisseur d'énergie du bloc communautaire.

Paris et Londres sont favorables à une interdiction de territoire et à un gel des avoirs à l'encontre de 20 personnalités syriennes soupçonnées de diriger les attaques contre les civils assiégés dans les quartiers est d'Alep. Ces mesures s'ajouteraient aux sanctions existantes et à l'embargo sur le pétrole et les armes décidé par l'UE.

Britanniques et Français ont également évoqué la possibilité de sanctions contre 12 Russes impliqués dans le conflit, qui viendraient s'ajouter à une liste européenne d'environ 200 personnes, dont trois Iraniens, précisent des diplomates.

John Kerry a confirmé dimanche après sa rencontre avec Boris Johnson que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne réfléchissaient à l'instauration de nouvelles sanctions contre la Syrie.   Suite...

 
La France et la Grande-Bretagne tentent de convaincre leurs partenaires européens de condamner les frappes russes en Syrie et de prendre de nouvelles sanctions contre le régime syrien, lors d'un conseil des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg, lundi. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman