Areva discute avec le Kazakhstan, comme avec d'autres

vendredi 7 octobre 2016 14h55
 

PARIS (Reuters) - Le spécialiste du nucléaire Areva discute avec le Kazakhstan en vue d'un éventuel investissement dans la société mais il est trop tôt pour évoquer la perspective d'un accord, a déclaré vendredi une porte-parole du secrétariat à l'Industrie.

"Je confirme qu'Areva discute avec les Kazakhs, comme il discute avec tous les investisseurs qui lui font part de marques d'intérêt", a-t-elle déclaré à Reuters à la suite d'une information de BFM Business.

"A ce stade, ce ne sont que des discussions. Plus que prématuré de conclure quoi que ce soit. Toutes les offres seront regardées", a-t-elle ajouté.

Areva n'a pas souhaité faire de commentaire.

A la Bourse de Paris, le titre gagne 2,84% en début d'après-midi et surperforme le marché (-0,2% pour l'indice large SBF 120).

BFM Business a rapporté vendredi matin que le Kazakhstan, via sa compagnie nationale Kazatomprom, premier producteur mondial d'uranium, cherchait à entrer au capital d'Areva et qu'une délégation avait rencontré jeudi après-midi à Paris des représentants du groupe et de l'État français.

Selon BFM Business, qui cite sur son site internet plusieurs sources proches du dossier, le Kazakhstan pourrait officialiser son intérêt pour Areva en remettant une offre d'investissement le 22 octobre, jour de lancement du processus de sélection des investisseurs qui participeront à la recapitalisation du groupe français.

AREVA PARTENAIRE DU KAZAKHSTAN DEPUIS 1996   Suite...

 
Le Kazakhstan cherche à entrer au capital du spécialiste du nucléaire Areva et une délégation de sa compagnie minière Kazatomprom a rencontré jeudi à Paris des représentants du groupe et de l'État français, rapporte vendredi BFM Business en citant plusieurs sources proches du dossier. /Photo prise le 25 février 2016/REUTERS/Jacky Naegelen