Hammond s'efforce de rassurer sur l'impact économique du Brexit

lundi 3 octobre 2016 16h38
 

par William James et Kylie MacLellan

BIRMINGHAM, Angleterre (Reuters) - Le gouvernement britannique fera tout son possible pour éviter des turbulences économiques liées à la sortie du pays de l'Union européenne, a déclaré lundi le ministre des Finances Philip Hammond alors que les craintes d'une rupture "dure" avec le principal partenaire économique de Londres faisaient chuter la livre sterling.

La Première ministre Theresa May a annoncé dimanche qu'elle invoquerait avant la fin mars 2017 l'article 50 du Traité de Lisbonne, point de départ d'une période de deux années pour parvenir au Brexit.

Le processus pourrait ainsi débuter à quelques semaines des élections législatives françaises et quelques mois des législatives allemandes, pour s'achever peu avant les élections européennes de 2019.

Même si l'économie britannique semble avoir pour l'instant peu souffert du résultat du référendum du 23 juin, Hammond s'est employé à rassurer les entreprises et les consommateurs sur le soutien que le gouvernement était près à leur apporter.

"Tout au long du processus de négociation, nous serons prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger cette économie des turbulences", a-t-il dit lors du congrès annuel du Parti conservateur qui se tient à Birmingham.

"Et nous sommes prêts, lorsque le processus sera achevé, à apporter un soutien aux entreprises britanniques pendant la phase d'adaptation à la vie hors de l'UE", a-t-il ajouté, en promettant notamment de garantir tous les financements européens existant avant le Brexit.

Son discours avait visiblement pour objectif de tempérer l'inquiétude suscitée la veille par celui de Theresa May: celui-ci a en effet conduit certains observateurs à conclure que le gouvernement pourrait faire le choix d'un Brexit "dur", qui verrait Londres renoncer aux avantages du marché unique européen en contrepartie d'une souveraineté retrouvée en matière de politique migratoire.

Sur le marché des changes, la livre sterling cédait lundi près de 1% face à l'euro et plus de 1% face au dollar, contre lequel elle se rapprochait de son plus bas niveau depuis 31 ans, touché début juillet.   Suite...

 
Le gouvernement britannique fera tout son possible pour éviter des turbulences économiques liées à la sortie du pays de l'Union européenne, a déclaré lundi le ministre des Finances Philip Hammond alors que les craintes d'une rupture "dure" avec le principal partenaire économique de Londres faisaient chuter la livre sterling. /Photo prise le 3 octobre 2016/REUTERS/Toby Melville