L'ex-PDG de Hugo Boss chargé de redresser Bottega Veneta

jeudi 29 septembre 2016 21h26
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Kering a confié à l'ancien PDG de Hugo Boss la charge du redressement de Bottega Veneta, deuxième pilier de ses marques de luxe en perte de vitesse depuis près de deux ans.

Le groupe propriétaire de Gucci et de Puma a annoncé jeudi la nomination de Claus-Dietrich Lahrs au poste de PDG du maroquinier, confirmant une information de Reuters.

Claus-Dietrich Lahrs, qui prendra ses fonctions le 4 octobre, remplacera Carlo Alberto Beretta, nommé au poste nouvellement créé de "chief client & marketing officer" du groupe Kering.

Passé chez Cartier (Richemont), Louis Vuitton (LVMH) et Christian Dior Couture avant de prendre les rênes de Hugo Boss jusqu’en février 2016, Claus-Dietrich Lahrs a une grande expérience du luxe.

"Son expérience unique et sa connaissance fine du secteur du luxe seront clés pour superviser les activités de la maison exceptionnelle qu’est Bottega Veneta", souligne François-Henri Pinault, PDG du groupe Kering, dans un communiqué.

Après le redressement de Gucci, sous la houlette de Marco Bizzarri - ancien PDG de Bottega Veneta jusqu'en 2014 - Kering doit maintenant s'atteler au redressement de Bottega Veneta, dont les ventes ont atteint près de 1,3 milliards d'euros en 2015 mais décrochent après une croissance foudroyante.

Après un fort ralentissement en 2015, le chiffre d'affaires de la marque est passé dans le rouge au quatrième trimestre 2015 et a décroché de 9,8% au premier semestre 2016.

La marque, très exposées à la clientèle asiatique - qui pèse pour près de 70% de ses ventes - pâtit d'une baisse de la demande chinoise mais aussi, au dires de certains spécialistes du secteur, d'un manque d'innovation et de renouveau créatif qui a fini par lasser sa clientèle.   Suite...

 
Kering a confié à l'ancien PDG de Hugo Boss, Claus-Dietrich Lahrs, la charge du redressement de Bottega Veneta, deuxième pilier de ses marques de luxe en perte de vitesse depuis près de deux ans. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter