Le Cice a sauvé ou créé 50.000 à 100.000 emplois en 2 ans

mercredi 28 septembre 2016 20h58
 

PARIS (Reuters) - L'effet baisse du coût du travail du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi a permis de sauver ou de créer 50.000 à 100.000 postes en France au cours des deux première années de son existence, selon les conclusions du comité de suivi du Cice.

Le Cice est en vigueur depuis janvier 2013. Il a été conçu comme un moyen de baisser le coût du travail et de redresser les marges des entreprises en leur permettant de récupérer une part de leur impôt correspondant à 6% de leur masse salariale pour les rémunérations inférieures à 2,5% du smic.

Le chef de l'Etat, François Hollande, a décidé de porter ce ratio à 7% en 2017.

Dans son rapport, dont une synthèse a été dévoilée mercredi soir, le comité de suivi du Cice admet que des incertitudes pèsent sur l'évaluation de l'impact de ce dispositif.

Il estime cependant que le Cice "a conduit à une amélioration sensible des marges des entreprises" et juge "probable un effet direct de l'ordre de 50.000 à 100.000 emplois créés ou sauvegardés sur la période 2013-2014."

Pour le comité, cet effet devrait être augmenté par l'emploi des entreprises sauvées de la faillite par le Cice, grâce à l'amélioration de leurs marges et à l'accès au préfinancement. Un effet qui n'a cependant pas encore été mesuré.

Pour le président du comité, Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, organisme de réflexion placé auprès du gouvernement, ces estimations sont à comparer avec celles faites au moment du lancement du Cice sur son impact à terme.

"Ces estimations, c'était de l'ordre de 200.000 emplois à terme", soit à peu près 15.000 emplois par trimestre, a-t-il rappelé lors d'un point de presse.

Les estimations pour 2013-2014 "sont du même ordre de grandeur", ce qui "n'est pas incompatible avec un effet à terme de l'ordre de 200.000", a-t-il ajouté.   Suite...

 
L'effet baisse du coût du travail du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi a permis de sauver ou de créer 50.000 à 100.000 postes en France au cours des deux première années de son existence. /Photo d'archives/REUTERS/Eddie Keogh