L'Opep ne croit plus à un accord sur la production à Alger

mardi 27 septembre 2016 21h03
 

par Rania El Gamal, Alex Lawler et Vladimir Soldatkin

ALGER (Reuters) - L'Arabie saoudite et l'Iran ont pratiquement réduit à néant mardi l'espoir d'un accord dès cette semaine à Alger sur une limitation de la production pétrolière de l'Opep, Téhéran ayant rejeté une proposition de Ryad consistant à plafonner la production iranienne en échange d'une réduction de l'offre saoudienne.

Les cours du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) et du Brent ont cédé près de 3% en raison de cette impasse au sein de l'Opep.

"Les divergences (d'opinion) entre les pays de l'Opep se réduisent. Je ne m'attends pas à un accord à l'issue des consultations de demain", a dit à la presse le ministre saoudien du Pétrole, Khalid al Falih, en évoquant la réunion informelle des membres de l'Organisation des pays exportateurs de Pétrole (Opep) prévue mercredi en marge du Forum international de l'énergie à Alger.

Il a néanmoins jugé possible de parvenir à un compromis d'ici la fin de l'année.

Son homologue iranien, Bijan Zanganeh, a pour sa part déclaré auparavant que "l'heure des prises de décisions n'est pas venue". "Nous essaierons de conclure un accord en novembre", a-t-il ajouté en référence à la prochaine réunion ministérielle de l'Opep, prévue le 30 novembre à Vienne.

Les discussions informelles entre pays de l'Opep sont prévues mercredi à 14h00 GMT, en plus des consultations bilatérales et avec les pays extérieurs au cartel.

Les cours du pétrole ont fondu de plus de moitié depuis mi-2014 en raison d'une surabondance de l'offre. L'idée d'un gel des niveaux de production a émergé cette année pour tenter de réduire le déséquilibre avec la demande.

Les négociations au sein de l'Opep sont compliquées par la rivalité entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui soutiennent des camps ennemis dans les différents conflits qui agitent le Moyen-Orient, notamment en Syrie et au Yémen.   Suite...

 
Sommet sur l'énergie à Alger. L'Arabie saoudite et l'Iran ont pratiquement réduit à néant mardi l'espoir d'un accord cette semaine dans la capitale algérienne sur la limitation de la production pétrolière de l'Opep, même si plusieurs sources expliquent que l'organisation et la Russie s'efforcent toujours de rapprocher les positions de Ryad et de Téhéran. /Photo prise le 27 septembre 2016/REUTERS/Ramzi Boudina